Blog iBanFirst

Explorez l’essentiel de l’actualité du marché des changes, les dernières tendances et innovations en matière de paiements ainsi que nos recommandations pour une gestion optimisée de vos flux en devises.

Le b.a.-ba du forex: comprendre le marché des changes

1 mars 2022

forex_blogarticle
Le marché des changes, souvent désigné par l’abréviation « forex » ou FX, est un marché mondial pour l’échange de devises. Il s’agit du marché le plus vaste et le plus liquide du monde. Afin d’échanger des biens et des services au-delà des frontières et, en fin de compte, de se livrer à des activités économiques et au commerce à l’échelle internationale, il est nécessaire d’échanger des devises.

 

Bien que la pratique de l’échange de devises existe depuis l’Antiquité, la fin du système de Bretton Woods et la convertibilité du dollar américain en or en 1971 ont essentiellement marqué la naissance du marché des changes moderne tel que nous le connaissons. Aujourd’hui, il s’agit du plus grand marché financier du monde. Selon un rapport de la Banque des règlements internationaux, le volume quotidien des transactions en devise a atteint 6,6 billions USD en 2020. Mais comment cela fonctionne-t-il exactement ? Lisez ce guide complet pour mieux comprendre le trading forex.

Se distinguant des autres marchés, le marché des changes est unique pour plusieurs raisons :

  • Son volume de transactions en fait le marché le plus liquide au monde
  • Dépourvu d’emplacement physique central, il est accessible dans le monde entier
  • Son fonctionnement est continu : il est ouvert 24 heures sur 24, cinq jours sur sept
  • La variété des facteurs qui affectent les taux de change
  • La possibilité d’utiliser l’effet de levier
Le saviez-vous ?
Le premier marché des changes a été créé à Amsterdam au 17e siècle. À cette époque, la ville était une plaque tournante importante pour le commerce international. Les taux étaient fixés en fonction du commerce aux Pays-Bas et pour la première fois, les devises pouvaient être achetées et vendues dans un lieu unique.

 

I. Qui contrôle le marché des changes ?


Le marché des changes est un marché décentralisé dépourvu d’emplacement physique spécifique, sur lequel les commerçants peuvent acheter et vendre des devises. Comme il n’est pas sous le contrôle d’une autorité unique telle qu’un gouvernement ou une institution internationale, il est essentiellement considéré comme n’étant pas réglementé. Au contraire, il fonctionne selon un principe d’offre et de demande, sous l’impulsion des
banques centrales et des grandes banques commerciales. En effet, quatre grandes banques se livrent aux opérations de change les plus importantes et ont ainsi un impact important sur le marché : JPMorgan, Citi, Deutsche Bank et UBS. Organisés comme un marché hors cote ou « over-the-counter » (OTC), les échanges de devises peuvent se dérouler directement entre deux parties à leur entière discrétion sans avoir qu’une supervision officielle ne soit nécessaire.

Si les marchés OTC présentent des avantages évidents compte tenu de leur disponibilité, leur flexibilité et leur alternative peu coûteuse, ils présentent également plusieurs risques :

  • Manque de transparence : compte tenu de l’absence de contrôle, les prix sont négociés directement entre l’acheteur et le vendeur. Cela signifie que les prix fixés ne sont pas nécessairement représentatifs de la réalité et que les parties ne peuvent fournir que les informations qu’elles jugent nécessaires.
  • Risque de contrepartie : dans un environnement non réglementé dans le cadre duquel les échanges ne sont pas supervisés, il existe un risque que l’une des parties manque à son obligation avant la transaction et ne soit pas en mesure d’effectuer le paiement futur.
  • Volatilité

II. Taux de change fixes ou flottants ?

Lors de l’achat et de la vente de devises, la valeur d’une devise est établie de sorte qu’elle est comparée à la valeur d’une autre. Ce taux établi, communément appelé taux de change, fixe le prix en contrepartie duquel une devise est échangée. La valeur d’une devise est déterminée par de nombreux facteurs y compris l’offre et la demande internationales et les banques centrales.

Un taux de change flottant est entièrement déterminé en fonction de l’offre et de la demande. En conséquence, un taux de change flottant varie constamment. Les différences de l’offre et la demande étant généralement corrigées naturellement, on dit que les taux de change flottants se corrigent d’eux-mêmes. Alors que les banques centrales ont tendance à ne pas intervenir dans un régime flottant, elles peuvent toujours le faire si nécessaire pour garantir la stabilité et réduire l’inflation.

Blog_article_Exchange_rates

Pour stabiliser leurs taux de change, certains pays préfèrent fixer ou rattacher leur devise à une autre devise (généralement le dollar américain car il s’agit de la devise la plus stable et la plus liquide) plutôt que de laisser le libre marché déterminer la valeur de la devise. Afin de maintenir le cours local, le pays achète et vend sa monnaie contre la monnaie à laquelle elle est rattachée et parfois même délibérément dévalue sa monnaie pour lutter contre le déséquilibre commercial. De nombreux pays du Moyen-Orient, tels que Bahreïn, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, pour n’en citer que quelques-uns, ont arrimé leur monnaie au dollar. Certains gouvernements choisissent également de réévaluer périodiquement la valeur à laquelle ils rattachent leur monnaie. C’est le cas de la Chine. La Chine applique ce qu’on appelle une politique de dévaluation rampante au dollar afin de maintenir le renminbi à des niveaux artificiellement bas et rendre ses exportations plus compétitives sur le marché mondial.

En réalité, si les devises ne sont ni entièrement flottantes ni entièrement fixes, il existe néanmoins des différences entre les deux régimes avec des implications plus profondes sur la valeur d’une devise.

III. Quelles sont les devises les plus échangées ?

Il existe 164 devises nationales officielles circulant dans le monde et échangées sur le marché des changes ; cependant, le commerce implique généralement un nombre limité de devises. Comme il arrive que certaines paires de devises soient assez rarement échangées, il est nécessaire de recourir à une devise tierce ou intermédiaire largement utilisée pour procéder à l’échange. En réalité, les quatre monnaies les plus utilisées représentent 77 % des devises étrangères. Les principales forces industrielles du monde et leurs monnaies respectives se réunissent chaque année au forum du G7, et travaillent souvent ensemble de manière coopérative sur des questions économiques internationales spécifiques. À ne pas confondre avec le Groupe des 5, également abrégé en G5, les monnaies des pays du G7 comprennent le dollar américain, l’euro, la livre sterling britannique, le franc suisse et le yen japonais. Au total, cependant, il convient de surveiller 7 devises principales :

Le dollar américain

Le dollar américain est la devise la plus échangée au monde. En conséquence, il s’agit aussi de la monnaie de réserve incontestée du monde. Une monnaie de réserve est une monnaie étrangère détenue en quantités importantes par les banques centrales ou les autorités monétaires, utilisée en tant que réserve de valeur fiable et stable. L’USD peut composer une paire de devises avec toutes les principales devises ; en outre, il est souvent utilisé comme devise intermédiaire dans le cadre de transactions en devises triangulaires.

Largement accepté à l’échelle international, le dollar américain est utilisé par certains pays comme monnaie officielle et largement accepté comme mode de paiement alternatif informel. Il joue également un rôle majeur sur le marché des changes pour les autres devises, en tant que taux cible en fonction duquel les pays peuvent fixer leurs devises à la valeur du dollar.

Les paires de devises qui n’incluent pas le dollar américain sont appelées paires mineures, tandis que les paires exotiques désignent celles qui se composent des devises des marchés émergents. Les devises qui s’échangent le plus incluent toutes le dollar américain. Il s’agit des devises suivantes :

  • EUR/USD
  • USD/JPY
  • GBP/USD
  • USD/CHF
  • AUD/USD
  • USD/CAD

Le dollar américain représentant la première monnaie de réserve du monde, il joue un rôle majeur dans les échanges de devises de toutes sortes. En effet, il est quasiment toujours utilisé comme monnaie intermédiaire dans les échanges de devises. Mais cela pourrait-il changer ?

L’euro

L’euro est la deuxième devise la plus échangée après le dollar américain. En tant que monnaie officielle de la zone euro, elle est partagée par 19 pays. En conséquence, de nombreux rapports économiques (sur la politique monétaire, l’inflation et les prix, la balance des paiements, etc.) liés au marché des changes sont publiés chaque année ; en conséquence, savoir quel rapport traduit le plus fidèlement les mouvements du marché peut s’avérer délicat. Alors que la zone euro comprend 19 pays, seuls quelques-uns ont une puissance économique suffisante telle qu’ils peuvent avoir un impact substantiel sur l’euro (EUR). Il est généralement recommandé de surveiller de près les rapports économiques de l’Allemagne et de la France, étant donné que ces deux pays sont considérés comme les moteurs de la zone euro.

Comme c’est le cas avec le dollar américain, de nombreux pays d’Europe dont la monnaie officielle n’est pas l’euro, ainsi que des pays d’Afrique, ont arrimé leur monnaie à l’euro pour stabiliser leurs taux. En conséquence, il représente la deuxième plus importante monnaie de réserve au monde. Les événements politiques dans la zone euro peuvent entraîner d’importants volumes de transactions. En outre, cette monnaie étant considérée comme un indicateur clé de la santé générale de la zone euro et de ses États membres, les opérations la concernant sont les plus politisées sur le marché des changes.

Le yen japonais

Le yen japonais, ou JPY, la devise la plus échangée en Asie, est souvent utilisé pour évaluer la santé économique globale de la région asiatique et panpacifique. En plus d’être l’une des plus grandes économies du monde, le Japon est également l’un des plus grands exportateurs.

Par rapport aux autres grandes économies, l’économie japonaise présente certaines particularités qu’il y a lieu de prendre en compte pour suivre l’évolution du yen. La population en âge de travailler de l’économie japonaise figure parmi les plus vieilles au monde ; en outre, le pays présente l’un des taux de fécondité les plus bas. Comme moins de jeunes travailleurs soutiennent l’économie en termes de fiscalité et de consommation, l’inflation est étonnamment faible dans le pays. Comme dans les autres pays, les rapports économiques peuvent fournir des informations précieuses sur le statut de la monnaie, l’Enquête Tankan constitue le rapport de référence au Japon. Il est publié sur une base trimestrielle par la Banque du Japon (BOJ).

Par ailleurs, le yen est également connu pour son rôle dans le carry trade. Un carry trade est une stratégie de trading qui consiste à emprunter à un taux d’intérêt bas et à réinvestir dans une devise qui a un taux de rendement plus élevé afin d’empocher la différence. Étant donné que le yen a des taux d’intérêt très bas, la devise est particulièrement appréciée pour cette stratégie. S’il s’agit effectivement de la monnaie de référence de la région, les autres pays asiatiques présentent aussi des opportunités de change compte tenu de la croissance de plusieurs économies locales émergentes.

La livre britannique

Le GBP est l’abréviation de la livre sterling britannique. Il s’agit de la monnaie officielle du Royaume-Uni, de ses 14 territoires britanniques d’outre-mer ainsi que des dépendances de la couronne de l’île de Man et des îles anglo-normandes. Elle est également utilisée par de nombreux pays du monde qui y rattachent leur monnaie. La Banque d’Angleterre est la banque centrale en charge de la livre sterling. La livre sterling a le quatrième volume d’échanges le plus élevé au monde et représente environ 13 % du volume quotidien des échanges sur les marchés des changes. En 2019, cela représentait environ 3,6 billions USD. Il s’agit de la plus ancienne monnaie du monde encore utilisée aujourd’hui.

La plus petite unité de la monnaie britannique est le penny sterling, abrégé en STG et certaines bourses utilisent GBX ou GBp pour différencier la livre (GBP) du « pence » (le pluriel de penny). Sur les marchés des changes, le taux de change du GBP par rapport à l’USD est appelé « câble » en référence au câble de télécommunication sous-marin transatlantique qui a été installé au milieu du XIXe siècle et utilisé pour transmettre les prix des devises entre les bourses de Londres et de New York.

La Grande-Bretagne a choisi de ne pas adopter l’euro et de maintenir sa monnaie flottante ; cependant, ses liens étroits avec l’Union européenne ont contribué aux bonnes performances de sa monnaie. Depuis le Brexit, la valeur de la livre sterling a considérablement baissé. En effet, le GBP a connu sa plus forte chute lors des 30 dernières années pendant une seule journée peu de temps après l’annonce des résultats du référendum sur le Brexit.

Le franc suisse

Malgré sa petite taille, la Suisse et sa monnaie ont un impact important sur le marché des changes. La stabilité perçue du Franc suisse, en abrégé CHF pour Confoederatio Helvetica Franc, ainsi que la stabilité du système politique et les taux d’inflation relativement bas expliquent pourquoi la monnaie suisse est devenue une valeur refuge. Les devises refuges désignent les devises dont la valeur n’évolue pas ou augmente en période de turbulences. La Suisse constitue également une destination convoitée par les investisseurs en raison de son faible niveau d’endettement et de l’absence de déficit. Bien que cela ait légèrement changé depuis la pandémie de Covid-19, compte tenu de la nécessité d’intervenir de toute urgence, le franc suisse demeure très demandé.

Sans surprise, la demande pour la monnaie en tant que valeur refuge a considérablement augmenté après la crise de 2008, ce qui a été de nouveau le cas avec le début de la pandémie de Covid-19. Il semble donc que l’intérêt pour le franc suisse devrait persister. Cependant, le statut de valeur refuge de la monnaie peut également poser problème à l’économie nationale. Lorsque la demande monte en flèche, la surévaluation de la monnaie augmente, entraînant des exportations relativement chères et une dépression de la demande intérieure. En effet, pour contenir la surévaluation de la monnaie suite à la crise de 2008, la Banque nationale suisse (BNS) a décidé d’arrimer brièvement la monnaie nationale à l’euro avant de mettre fin à l’arrimage de manière inattendue en 2015.

Le dollar australien

La livre australienne est devenue le dollar australien, ou AUD, en 1966. Il s’agit de la monnaie officielle en Australie et dans plusieurs territoires indépendants du Pacifique Sud, notamment la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’île Christmas, les îles Cocos, Nauru, Tuvalu et l’île Norfolk. Alors que l’économie australienne ne possède que le 14e plus gros PIB du monde, sa monnaie figure parmi les plus échangées au monde.

Le fort intérêt pour le dollar australien est prétendument dû aux soi-disant 3G du pays : géologie, géographie et gouvernement. L’Australie est particulièrement riche en ressources naturelles. En fait, la demande de ressources naturelles des pays d’Asie, dont la Chine et l’Inde, a un impact significatif sur le taux de change du dollar australien. Comme le dollar canadien, le dollar australien est étroitement lié aux prix des produits de base ; en outre, il est considéré comme étant anticyclique, s’appréciant en période de crise et se dépréciant en période de prospérité. Compte tenu de sa situation géographique, le pays est bien placé pour répondre aux besoins des pays asiatiques voisins en croissance rapide. Enfin, la politique gouvernementale est le gage de la stabilité du gouvernement et de l’économie tandis que l’institution en charge du contrôle de la monnaie du pays, la Reserve Bank of Australia (RBA), est une institution plutôt conservatrice qui prône le non-interventionnisme, un contrôle fort de l’inflation et des taux d’intérêt généralement élevés.

Le dollar canadien

Abrégé en CAD, le dollar canadien est la septième devise la plus détenue. Il se distingue des devises susvisées en ce que l’économie du Canada est moins bien classée parmi les principales économies du monde. Malgré cela, le pays figure parmi les premiers exportateurs mondiaux. Tout comme celle de l’Australie, la monnaie du Canada est considérée comme une monnaie marchande. Les exportations de pétrole, de produits du bois et de minéraux du pays sont considérables, et la performance du dollar canadien est étroitement liée aux mouvements des prix des produits de base. En outre, compte tenu des liens étroits entre les économies canadienne et américaine, échanger des dollars canadiens implique de surveiller de près ce qui se passe aux États-Unis.

La monnaie oubliée

Malgré son poids colossal dans l’économie mondiale, la monnaie chinoise n’est pas considérée comme une monnaie mondiale majeure. Pour une série de raisons politiques et économiques, y compris la fin de tout contrôle sur la monnaie qui flotte désormais librement et le déficit commercial, entre autres, la Chine doit mettre en œuvre des réformes dans ses systèmes monétaire, de change et financier si elle souhaite que sa monnaie figure parmi les plus forts du monde. Alors qu’elle a rejoint le dollar américain, l’euro, le yen et la livre sterling dans le panier des droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI en 2016, la monnaie chinoise continue de jouer un rôle marginal sur la scène mondiale.

IV. Comment lire un taux de change

Les devises sont identifiées par des codes à trois lettres établis par l’ Organisation internationale de normalisation (ISO). La plupart constituent généralement un version abrégée du nom du pays et du nom de la devise, bien que des exceptions à cette règle existent, comme l’euro (EUR) et le cas particulier de la devise chinoise. Le renminbi est abrégé CNY lorsqu’il est négocié en Chine continentale et CNH lorsqu’il est négocié à l’étranger depuis la Chine continentale.

Comme le change implique l’achat et/ou la vente d’une devise, il doit nécessairement se faire par paires. Il est essentiel de comprendre l’ordre des devises composant la paire. Lors de l’achat d’une devise, la première devise de la paire (également appelée devise de base) est celle qui est achetée, tandis que la deuxième devise (ou devise de cotation) est celle qui est vendue. Par exemple, si vous achetez des EUR/USD, vous achetez des euros et vendez des dollars américains.

Comme vous le remarquerez lorsque vous consulterez leur prix, la plupart des devises sont évaluées jusqu’à la quatrième décimale. Un « pip », ou « percentage in point », est le plus petit mouvement de prix possible sur le marché des changes. Les paires de devises ont tendance à être tarifées à quatre décimales avec un pip faisant référence à la quatrième décimale. Alors que le prix acheteur fait référence au prix le plus élevé qu’un acheteur est prêt à payer, le prix vendeur représente le prix le plus bas auquel le vendeur est prêt à vendre. La différence entre les deux est appelée « spread ». En fonction des devises concernées, de l’heure de la journée et de divers facteurs macroéconomiques, l’écart entre les deux prix peut se réduire ou augmenter.

infograhpie-4

Deux autres concepts fréquemment rencontrés dans le monde du forex sont les positions longues et les positions courtes. Avoir une position longue ou courte sur le marché des changes signifie parier sur la hausse ou la baisse de la valeur de la paire de devises. Dans une position longue, le trader s’attend à ce que la valeur de la devise augmente alors qu’une position courte signifie essentiellement l’inverse : le trader s’attend à une dépréciation du prix.

V. Types d’opérations

Bien que les devises puissent être échangées instantanément, il est également possible que le facteur temps joue un rôle. Les fluctuations monétaires influent sur le monde du commerce de plusieurs façons et peuvent avoir un impact sérieux sur une entreprise. Les variations des taux de change ont un impact à la fois sur le coût des fournitures que les entreprises achètent ainsi que sur l’attractivité des produits et services qu’une entreprise vend à l’étranger. C’est pourquoi choisir le bon moment pour effectuer des paiements internationaux en fonction du taux de change peut aider les entreprises à économiser de l’argent.

Un acheteur de devises peut choisir parmi différentes options, en fonction du fait de savoir si le paiement en devise doit être effectué immédiatement ou à l’avenir. Le prix actuel du marché pour l’échange d’une devise contre une autre est appelé taux de change au comptant. Dans ces cas, l’échange peut avoir lieu presque immédiatement avec une date de livraison standard de deux jours ouvrables.

Les fluctuations des devises au fil du temps peuvent avoir un impact sur les revenus et les dépenses d’une entreprise, l’obligeant à constituer un coussin de risque. Il est possible de prendre des mesures afin de se prémunir contre de telles surprises sous forme de couverture. La couverture consiste à conclure des contrats prévoyant une protection financière contre les changements inattendus, attendus et anticipés dans le but de faire face à la volatilité des devises. Une option couramment utilisée par les entreprises consiste à signer un contrat dit à terme qui consiste à bloquer un taux de change aujourd’hui sur un règlement à une date future spécifique ou à l’intérieur d’une plage de dates. Les contrats à terme sont des accords de droit privé personnalisables conclus entre le client et la banque ou le prestataire non bancaire. Leur principal avantage réside dans le fait qu’ils permettent de se prémunir contre le risque de fluctuations des devises en permettant aux entreprises de fonctionner sur le principe du « acheter maintenant, payer plus tard » et qu’ils offrent une certitude quant à l’impact des coûts de leurs paiements internationaux.

VI. Paiements en devises

Blog_articlefeesEffectuer des paiements internationaux a un coût. Si toutes les banques appliquent des frais de virement, elles fixent toutes leurs propres tarifs. Ces frais peuvent rapidement s’accumuler. Ils comprennent généralement des frais de virement fixes ainsi que des frais basés sur la somme d’argent transférée. En outre, les taux peuvent varier en fonction de la devise dans laquelle l’argent est converti et des frais supplémentaires peuvent également être appliqués pour accélérer les paiements.

Au-delà des frais de transfert internationaux standard, il est également important de savoir que des marges sur les taux de change quotidiens sont également généralement appliquées. Cette marge est la différence entre le taux de change moyen du marché, c’est-à-dire le point médian entre les prix d’achat et de vente de deux devises, et le taux de change proposé par la banque ou le service de change. Comme les taux de change changent à chaque seconde, les banques et les services de change appliquent une marge pour réaliser un profit et se protéger contre les fluctuations des taux. Certaines banques facturent également le bénéficiaire du paiement international. Cela peut être problématique, surtout pour les entreprises, c’est pourquoi il est important de savoir comment ces frais peuvent être payés et réglés. En fait, vous avez le choix entre trois options de facturation différentes lorsque vous effectuez des paiements internationaux : BEN, SHA, OUR.

Compte tenu de la multitude des devises, des comptes bancaires et des paiements transfrontaliers qui se produisent chaque jour dans le monde, une sorte de système a dû être mis en place pour s’assurer que les paiements internationaux sont effectués en toute sécurité entre les bons comptes. Quelle que soit la banque ou le prestataire de services bancaires que vous utilisez pour transférer de l’argent à travers les frontières, vous devrez fournir certaines informations pour identifier les deux comptes bancaires qui participeront à l’échange. Selon les pays dans lesquels ces comptes sont situés, vous devrez partager ce qu’on appelle un code IBAN ou un code SWIFT.

VII. S’informer sur les devises

Les taux de change jouant un rôle si important dans le coût des fournitures et l’attractivité des produits et services vendus, et par extension sur les revenus d’une entreprise, il est crucial pour toute entreprise opérant à l’international de se tenir informée des événements mondiaux qui pourraient avoir un impact sur les variations des devises, d’apprendre à lire les données et anticiper les fluctuations des devises. Les entreprises qui réussissent sont conscientes que l’adoption d’une stratégie de paiement robuste adaptée à leur modèle commercial peut les aider de manière significative à réduire les coûts de conversion des devises et les risques de taux de change tout en maximisant les rendements. Au-delà du niveau macroéconomique, les coûts élevés et les longs délais des transaction et des opérations de traitement nuisent au monde bancaire et représentent un point d’achoppement majeur pour les entreprises de toutes tailles. En conséquence, le monde de la fintech s’en mêle pour mieux répondre aux besoins des entreprises et les tendances de paiement B2B évoluent. Contactez nos experts dès aujourd’hui pour optimiser votre stratégie de paiement internationale et faire en sorte que votre entreprise tire profit des fluctuations des devises.

CTA-contactez-2

VIII. Terminologie forex

Le forex regorge de termes et d’acronymes inhabituels qui peuvent prêter à confusion pour ceux qui ne les maîtrisent pas encore. Comprendre le trading forex signifie également comprendre sa terminologie spécifique. Rendez-vous sur notre glossaire pour obtenir des informations plus détaillées sur les termes les plus importants que tout cambiste devrait connaître.

 

 

Les plus consultés