Blog iBanFirst

Explorez l’essentiel de l’actualité du marché des changes, les dernières tendances et innovations en matière de paiements ainsi que nos recommandations pour une gestion optimisée de vos flux en devises.

Régime de change flottant, régime de change fixe, quelle différence ?

10 sept. 2020

Blog_article_Regime

Vous connaissez les termes régime de change flottant et régime de change fixe, mais ne savez pas comment les distinguer ? Voici notre décryptage pour mieux comprendre la différence entre ces deux modèles ont une influence considérable sur la question de la gestion des monnaies sur le marché des devises.

Un régime de change est communément défini comme l’ensemble des règles par lesquelles un pays ou plusieurs pays déterminent le taux de change de leur devise par rapport aux autres. Dans la plupart des pays développés, les monnaies ne sont plus reliées à des régimes de parité fixe, comme ce fut le cas par le passé. Le régime de change flottant, aussi connu sous le nom de régime de change flexilbe, est le plus répandu de nos jours. Il existe deux principaux types de régimes de change :

  • Le régime de change flottant (ou flexible)
    Il n’implique aucun objectif de taux de change. Le cours de la devise concernée évolue librement selon l’offre et la demande sur le marché des changes.

  • Le régime de change fixe
    Régime selon lequel la valeur de la devise concernée est fixée à un étalon (une monnaie ou un panier de monnaies). Un périmètre de fluctuation stricte autour de ce dernier est toutefois permis.
  • Le régime de taux de change intermédiaire
    Les régimes de taux de change intermédiaires sont, comme leur nom l'indique, à mi-chemin entre les régimes de taux de change fixes et flottants. Selon ce régime, il existe une infime variation possible autour du taux de change fixe. Ces régimes de taux de change comprennent les parités à crémaillère, qui sont des régimes de taux de change fixes permettant une appréciation et une dépréciation progressives à l'intérieur d'une fourchette de taux.
    Dans le cadre de la création de l'Union européenne, le Système monétaire européen a été créé comme première étape vers l'unification des taux de change des futurs pays de la zone euro. L'accord multilatéral sur les taux de change ajustables a obligé les pays de la zone euro à lier leurs monnaies entre elles afin d'éviter de grandes fluctuations de valeur avant que les taux ne soient finalement fixés par rapport à une nouvelle monnaie : l'euro. Dans le même esprit, les pays d'Asie cherchent également des solutions pour promouvoir la stabilité financière dans la région et ont mis en place l'Initiative de Chiang Mai qui vise à unir les économies des monnaies de l'ASEAN et de la Chine, de la Corée du Sud et du Japon autour d'un régime de taux de change intermédiaire.

Les autorités monétaires d’un pays ou d’une zone monétaire établissent un régime de change selon leurs propres objectifs et leur positionnement sur le plan international. Si le régime de change flottant (ou flexible) est aujourd’hui généralisé, certains modèles comme celui de Chine présentent des spécificités exerçant une influence sur les cours de change à l’international. Regardons plus en détail les particularités des différents régimes de change.

Qu’est-ce qu'un régime de change flottant (ou flexible) ?

Avec les crises successives des années 70, le contrôle strict des changes a perdu de son intérêt pour les économies développées. Le régime de change fixe préexistant ne correspondait plus aux réalités d’une économie mondiale de plus en plus volatile. Le régime de change flottant (ou flexible) s’est alors généralisé.

Un régime de change flottant (ou flexible) est régi par l’offre et la demande sur le marché des changes. Les principales devises mondiales (soit les devises des pays du G7) reposent sur ce modèle. Les taux de change du dollar américain (USD), de l’euro (EUR) ou du yen japonais (JPY), par exemple, évoluent librement selon les fluctuations du marché.

Dans sa déclinaison la plus « pure », le cours d’équilibre, c’est-à-dire la valeur respective des devises, dépend totalement des mouvements du marché. Mais il existe d’autres régimes flottants,
dits « administrés », comme en Chine par exemple.

 

Le régime de change flottant administré

Selon ce modèle, la banque centrale intervient régulièrement en transmettant aux opérateurs spécialisés du marché des devises le taux de change souhaitable afin qu’ils agissent en conséquence. Ceci permet de réguler les évolutions du marché et de maintenir la devise à une valeur cible.

Il faut souligner que même dans les régimes de change flottant les plus purs, les banques centrales ont tendance à intervenir ponctuellement, surtout en temps de crise, pour éviter une sous-évaluation ou une surévaluation de la monnaie locale et pour remédier aux problèmes économiques provoqués par ce genre d’évolution.

Le saviez-vous ? 
Le régime flottant administré de la Chine est sujet à controverse depuis un certain nombre d’années. Pour certains pays et zones monétaires concurrents, la politique monétaire dirigiste adoptée par la Banque populaire de Chine, la banque centrale chinoise, est jugée injuste puisqu’elle maintient un cours du yuan (CNY) sous-évalué, qui favorise les exportations chinoise.

Qu’est-ce qu'un régime de change fixe ?

Le régime de change fixe, ou régime de parité fixe, était très courant dans les pays développés entre les années 40 et les années 70. D’après ce modèle, le cours est fixé par rapport à un étalon (une monnaie ou un panier de monnaies), par la banque centrale émettrice de cette devise.

Le cours pivot, ou parité fixe, est le taux de change « de référence » autour duquel une certaine marge de fluctuation est permise. Dans un régime de change fixe, la banque centrale se doit de maintenir la valeur de la devise autour du cours pivot. Ceci est assuré par la vente ou l’achat de la devise à des moments opportuns.

Pour pouvoir acheter et vendre sa devise, il faut tout simplement que la banque centrale concernée ait un niveau de réserves suffisant.

Le saviez-vous ? 
À la suite des Accords de Bretton Woods de 1944, un grand nombre de pays développés ont adopté un régime de parité fixe. La valeur de leur devise était déterminée en fonction du cours de l’or ou du dollar américain, alors convertible en or. Le cours pivot était fixé à 1 %. À partir de 1971, lorsque les États-Unis décident de dévaluer leur monnaie, la convertibilité du dollar en or n’est plus justifiable et les principes des accords prennent fin. En 1976, les Accords de la Jamaïque mettent en place un régime de change flottant généralisé, régi par l’offre et la demande.

Quel est le régime de taux de change optimal ?

Aujourd’hui, le régime de change flottant (ou flexible) est de loin le modèle le plus répandu, adopté par la plupart des pays développés. Pour de nombreux pays développés, il peut s'agir du régime de change optimal. Conformément à ce modèle, le cours de change évolue sans entrave, selon l’offre et la demande sur le marché des devises.

Il existe pourtant des régimes de change flottant administré, de nature plus dirigiste, comme celui de la Chine. Le régime de change fixe, pour sa part, est fortement réglementé. La valeur de la devise concernée est tenue d’évoluer autour d’une marge de fluctuation stricte, ce qui est généralement le régime de change préféré des petites économies ouvertes au commerce extérieur et sujettes à l'hyperinflation.

Comprendre le régime de change adopté par un pays ou zone monétaire est un élément crucial de la compréhension du marché des changes. Une connaissance générale des différents modèles vous permettra de mieux anticiper la probabilité de fluctuation des cours de change et d’évaluer l’importance du territoire et de la devise concernés.

 

Les plus consultés