Dévaluation monétaire : quelles conséquences ?

25 septembre 2020

devaluation_monnaie

Si la dévaluation est un instrument de politique monétaire bien connu, quels en sont les effets les plus courants ? Découvrez les principales raisons et conséquences du recours à la dévaluation.


La dévaluation est décrite comme une baisse délibérée de la valeur d’une monnaie par rapport aux autres. Il s’agit d’un outil employé par l’autorité monétaire ou la banque centrale d’un pays ou zone monétaire.

Si la dévaluation d’une devise présente certains avantages pour le pays concerné, comme des exportations plus compétitives en matière de prix, elle n’est pas sans risque.

Mais de quels risques parle-t-on ? Et quelle est la différence entre une dévaluation et une dépréciation ?

 

Dévaluation et dépréciation, est-ce la même chose ?

Contrairement à la dévaluation, la dépréciation n’est pas intentionnelle. Elle désigne une baisse de la valeur d’une devise en raison d’évolutions économiques adverses. Elle résulte de phénomènes indépendants de la volonté de l’état ou de l’autorité monétaire concernés.

Inversement, la dévaluation est un outil de politique monétaire exploité délibérément dans les régimes de change fixe ou semi-fixe. Dans ces régimes, le cours de change est indexé à un étalon de référence, composé d’une monnaie, d’un panier de monnaies ou d’une matière première, comme l’or par exemple.

Dans les régimes de change flottant (ou flexible), la valeur de la monnaie concernée évolue librement selon l’offre et la demande sur le marché des changes et les interventions sont limitées.

 
Quels sont les avantages d'une dévaluation ?

Les raisons d’une dévaluation monétaire sont multiples. Le principal objectif consiste à réduire son déficit commercial en favorisant ses exportations. Autre avantage, elle entraîne parfois une hausse des salaires.

Principaux avantages de la dévaluation :

  • Exportations plus compétitives
    Une devise plus faible génère une baisse du prix des produits exportés. Les quantités vendues à l’étranger augmentent, car ces produits deviennent accessibles à un plus grand nombre de consommateurs.
  • Réduction du déficit commercial
    Comme les produits exportés deviennent moins chers, la demande extérieure de ces produits augmente. Le volume des produits importés, désormais plus chers, baisse ainsi que le déficit commercial.
  • Hausse des salaires
    Comme la dévaluation faut augmenter le prix des produits importés, les salaires sont souvent revus à la hausse afin d’améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs et de limiter les conséquences de l’inflation.
Le saviez-vous ? 
En 1967, le gouvernement britannique a décidé de dévaluer la livre sterling, alors indexée sur le dollar américain selon le régime de change fixe en vigueur. Le cabinet de Harold Wilson, initialement réticent à prendre cette décision, a cédé à la pression du déficit commercial et de la mauvaise performance économique du Royaume-Uni. Résultat : entre 1966 et 1968, le taux de croissance annuelle était passé de 1,6 % à 5,4 % et l’inflation avait atteint 4,65 %.
 
Quels sont les inconvénients d’une dévaluation ?

La dévaluation présente des inconvénients notables : des importations plus chères, une hausse de l’inflation et une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. Elle peut également rendre les industries locales moins efficaces à moyen terme.

Principaux inconvénients d'une dévaluation :

  • Importations plus chères
    Le prix des produits importés augmente, favorisant la consommation de produits locaux mais impactant négativement le pouvoir d’achat des consommateurs.
  • Hausse de l'inflation
    Des prix plus élevés pour les produits importés et une demande accrue des produits exportés fomentent les pressions inflationnistes. La consommation intérieure, dans l’ensemble, peut baisser.
  • Industries locales moins compétitives
    Les industries locales sont confortées par le prix plus élevé des produits importés. La concurrence extérieure est moins forte et cela peut rendre ces industries moins productives et moins efficaces à moyen terme.
Le saviez-vous ? 
Au cours de l’année 1998, la hausse des taux d’intérêt et l’augmentation des sorties de capitaux en Russie faisaient craindre une dévaluation du rouble et un défaut sur la dette russe. Au mois d’août de la même année, les marchés boursiers, obligataires et monétaires se sont effondrés. Afin d’en limiter les effets, le gouvernement a entrepris une série de mesures dont la dévaluation du rouble. Résultat : le taux d’inflation a atteint 27,6 % en 1998, puis 85,7 % en 1999.

 

La dévaluation, contrairement à la dépréciation, est une baisse volontaire de la valeur d’une monnaie par rapport aux autres. C’est un outil de politique monétaire bien connu mais ses avantages et inconvénients sont parfois ignorés.

L’avantage principal de la dévaluation consiste à rendre les exportations du pays ou de la zone monétaire concernés plus compétitives, puisque ces dernières deviennent moins chères à l’achat. Ceci peut augmenter la demande extérieure et réduire le déficit commercial. Inversement, la dévaluation rend les produits importés plus chers et stimule l’inflation. Le pouvoir d’achat et la consommation intérieure peuvent en souffrir.

Il est important de souligner que la dévaluation est une technique adoptée par les banques centrales ou autorités monétaires des régimes de change fixe ou semi-fixe. Dans les régimes de change flottant (ou flexible), ces institutions ont tendance à limiter leurs interventions puisque la valeur de leurs devises sur le marché des changes fluctue selon l’offre et la demande.

 

    Simulateu-frais-cachés