Semaine folle pour l’euro

20 juillet 2020

Banner-Blog-Annonce-eco-3
La monnaie unique européenne a connu une forte envolée face à ses principales contreparties la semaine passée, alimentée par la bonne performance des marchés boursiers. Ceci s’explique par une diminution de l’aversion au risque et la perception positive des opérateurs à l’égard de la dynamique économique en zone euro.

Alors que les États-Unis doivent affronter une résurgence de la pandémie dans plusieurs États (Californie, Floride, Texas) entraînant de nouveau la fermeture de pans entiers de l’économie, la zone euro revient progressivement à la normale. Le contraste entre les deux rives de l’Atlantique est frappant et explique la forte baisse du dollar américain (mesurable par la chute du dollar index la semaine passée) et l’appréciation significative de l’euro.

Baisse des tensions sino-américaines

Ajoutons à cela la baisse du risque politique. Bien que les tensions entre les États-Unis et la Chine subsistent, notamment du fait de l’autorisation accordée par l’administration Trump à l’entreprise américaine Lockheed Martin de commercer avec Taïwan, on constate que les deux pays souhaitent à tout prix éviter une escalade qui serait dommageable sur le plan économique. Ainsi, on a appris que le président Trump a notamment refusé la mise en place de sanctions à l’égard d’officiels chinois, en particulier la cheffe de l’exécutif de Hong Kong Carrie Lam, pour éviter que Pékin ne soit contraint de prendre des mesures de rétorsion. Avec un peu de chance, l’été ne sera finalement pas propice à un bond du risque politique !

Élan haussier à court terme pour l’euro

Bien que nous soyons sceptiques quant à la capacité de hausse de l’euro sur le long terme (à savoir jusqu’à la fin d’année), nous pensons que l’élan haussier devrait subsister à court terme. Le redémarrage de l’économie de la zone euro, mais également le soutien ferme de la BCE, confirmé jeudi dernier par Christine Lagarde, vont continuer d’inciter les opérateurs à se porter « long » (acheteur) sur les paires en euro.

 EUR/USD, EUR/GBP, EUR/CHF

Pour la paire EUR/USD, cela pourrait se traduire par une hausse au-dessus des 1,15 durant une grande partie de l’été. La tendance reste également clairement haussière pour la paire EUR/GBP et nous réaffirmons notre objectif à 0,92 évoqué il y a exactement une semaine. La principale résistance sur cette paire se situe à 0,9178-84. 

Nous avons également constaté la semaine dernière un fort bond de l’euro face au franc suisse (CHF) qui devrait soulager la Banque nationale Suisse (BNS), cette dernière ayant été contrainte d’intervenir massivement sur les changes au cours des derniers mois pour freiner l’appréciation de la monnaie helvétique. Le gouverneur de la BNS a d’ailleurs rappelé la semaine dernière la nécessité de maintenir une politique monétaire accommodante sur la durée, étant donné le contexte économique. Ceci laisse présager pour la première fois depuis longtemps une nouvelle baisse des taux qui, si elle était décidée, s’avèrerait négative pour le franc suisse.

 EUR/JPY, EUR/CAD

Sans surprise étant donné le reflux du risque politique, l’EUR/JPY est aussi orienté à la hausse. Le prochain objectif est un ralliement de la résistance située à 124,44, qui correspond au point haut du mois de juin.

Le mot de la fin revient à la paire EUR/CAD. La Banque du Canada (BoC) était l’autre grande banque centrale à se réunir la semaine dernière. Comme attendu, la BoC a maintenu son taux directeur inchangé à 0,25%, confirmant au passage que le taux directeur devrait rester proche de zéro à long terme. En outre, le programme de rachats d’actifs (QE, pour quantitative easing) est voué à continuer – à hauteur de 5 milliards de dollars canadiens par semaine mais pourrait être porté à 7 milliards de dollars canadiens, si les conditions économiques se dégradent davantage. La spécificité du QE canadien repose sur le fait que la BoC peut racheter directement de la dette publique sur le marché primaire (marché du neuf) alors que les autres banques centrales, comme la BCE par exemple, ne peuvent le faire que sur le marché secondaire (marché de l’occasion). Pour la paire EUR/CAD, le prochain objectif se situe au niveau de la résistance située à 1,5660.

Calendrier économique : 
DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
 24 juillet EUR

PMI manufacturier allemand pour le mois de juillet

 24 juillet USD

Ventes de logements neufs aux États-Unis en juin

 

Sujets: Devises Economie EUR

    Simulateu-frais-cachés