Février 2020 - Annonces économiques mensuelles

3 février 2020

cover-newsletter-eco

Prenez connaissance des dernières évolutions du marché des devises et anticipez les risques de fluctuation.

EUR/USD

L’euro (EUR) connait un mauvais démarrage 2020 avec une dépréciation de près de 1,8 % face au dollar (USD). La monnaie américaine a connu une hausse quasi généralisée ces dernières semaines du fait de l’accroissement du risque, en lien d’abord avec les tensions au Moyen-Orient, puis du fait de l’impact économique du coronavirus chinois. En période d’aversion au risque, l’euro est généralement pénalisé par rapport au billet vert et c’est exactement ce qui s’est produit en janvier. L’accord commercial de phase 1 entre les États-Unis et la Chine, qui aurait pu avoir un effet bénéfique sur l’appétit au risque, a été complètement éclipsé par les inquiétudes concernant le coronavirus. La tendance baissière sur l’euro a été confirmée par la cassure récente de la borne psychologique des 1,10. Nous anticipons une poursuite du mouvement de baisse dans les semaines à venir tant que l’incertitude économique reste élevée. Les premiers éléments dont nous disposons indiquent clairement que l’économie chinoise, qui représente un tiers de l’impulsion de croissance au niveau mondial, ne va pas redémarrer avant plusieurs semaines. Les chiffres économiques du premier trimestre sont attendus très mauvais avant un probable rebond de la croissance chinoise et de la croissance mondiale au deuxième trimestre.

EUR/GBP

L’euro a, en revanche, limité les pertes face à la livre sterling (-0,4 % depuis le début de l’année). La tendance reste favorable au renforcement de la monnaie britannique du fait de l’éclaircie post-élection concernant le Brexit et d’indicateurs économiques mettant en avant un rebond de la macroéconomie britannique en de début d’année. À une large majorité (7 voix contre 2), la Banque d’Angleterre a décidé de maintenir ses taux inchangés à 0,75 %, surprenant une partie des opérateurs de marché. Une baisse des taux est probable en mars en fonction de l’évolution des statistiques nationales. D’ici là, le positionnement des traders reste nettement à l’achat sur la livre sterling.

EUR/JPY

Dans un marché qui est dominé par l’aversion au risque, il n’est pas surprenant que le yen japonais (JPY) se soit renforcé face à l’euro au cours du mois de janvier (+1,5 %). Le rôle de valeur refuge de la monnaie nippone a pleinement joué face à des opérateurs de marché qui s’inquiètent de l’impact économique final du coronavirus. Du côté des banques centrales, la Banque du Japon ainsi que la Banque centrale européenne sont sur pilotage automatique pour les prochains mois. Par conséquent, les prochaines variations sur la paire EUR/JPY dépendront essentiellement de l’évolution de la perception du risque.

EUR/CHF

Sans surprise, l’euro a également perdu beaucoup de terrain face au franc suisse (-1,20 % depuis le début de l’année). Sous la pression du marché, la paire EUR/CHF a cassé la borne basse de sa fourchette d’échange située à 1,08 et ne parvient pas à renouer avec ce niveau malgré les interventions répétées de la Banque nationale suisse (BNS). Cette dernière a repris ses rachats d’euros comme elle l’avait fait en août, mais dans des proportions pour l’instant moindres. Il semble que la BNS cherche désormais à stabiliser le taux de change autour de la zone des 1,0750-1,0800, mais le maintien d’un niveau élevé d’aversion au risque rend cette tâche très difficile. À court terme, la banque centrale a encore les moyens d’intervenir sur le marché pour limiter l’appréciation du franc suisse. Cependant, si la perception du risque reste à un niveau durablement élevé, il est probable qu’elle se retrouve rapidement à court de munitions.

EUR/CAD

Vous l’aurez compris, la baisse de l’euro est généralisée face aux devises majeures en ce début d’année. Face au dollar canadien, l’euro a perdu près de 0,47 % depuis début janvier. Le dollar canadien (CAD) a plutôt bien résisté à la baisse du prix du baril de pétrole (-3 % sur les quatre dernières semaines) et au discours plus prudent de la Banque du Canada concernant les perspectives économiques. L’absence de baisse de taux de la part de la banque centrale, alors qu’un mouvement dans ce sens était attendu par le marché, a servi de soutien au CAD face à l’EUR.

Calendrier économique : 

DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
03/02 USD

Caucus de l’Iowa

04/02 USD

Discours sur l’état de l’Union par le président Trump

07/02 USD

Rapport sur l’emploi américain

11/02 USD

Caucus du New Hampshire

18/02 EUR

Indice ZEW du sentiment économique en Allemagne

 

 

New call-to-action

 

Simulateu-frais-cachés