Le dollar australien renaît-il de ses cendres ?

17 février 2020

Australian-flag

Depuis de nombreuses années déjà, le dollar australien encaisse coup sur coup. Fin 2019, la devise a atteint son plus bas niveau en plus de dix ans, avant de poursuivre sa chute en raison des grands incendies de forêt et du coronavirus. Quand commencera-t-on enfin à entrevoir la fin de cette chute ?

Alors que le dollar australien semblait enfin pouvoir jouir d’un instant de répit, la situation s’est enflammée pour la devise. Ainsi que, malheureusement, pour les forêts. Suite à de gigantesques incendies, près de 10 millions d’hectares de forêt ont été réduits en cendres. Une catastrophe écologique qui a coûté la vie à un grand nombre d’animaux, ainsi qu’à une vingtaine de personnes. Selon l’agence de notation Moody’s, les dégâts se chiffrent en milliards de dollars. Le tourisme en prend un sacré coup et avec l’instabilité de la situation, les Australiens eux-mêmes sont réticents à la consommation. Il y a quelques semaines, l’économie australienne a dû affronter une difficulté supplémentaire, avec le fort ralentissement de la croissance chinoise dû au coronavirus. En effet, la Chine est de loin le plus grand partenaire commercial de l’Australie.

Une avalanche de contretemps

Sur le marché des devises, le dollar australien ne cesse de se prendre des coups. Depuis le début de l’année, la monnaie a ainsi chuté de plus de 4 % par rapport au dollar américain, après avoir déjà enregistré une baisse de plus de 10 % au cours des deux dernières années. Le dollar australien, également surnommé « aussie », a atteint son plus bas niveau depuis 2009. Pendant un temps, il a même semblé que la chute allait encore s’accélérer. De nombreux économistes anticipaient déjà une nouvelle baisse des taux d’intérêt. Pourtant, la banque centrale de Sydney a pris la décision, au début du mois, de ne pas toucher aux taux d’intérêt. Un choix surprenant, dans la mesure où une baisse des taux aurait permis de donner un peu de répit à l’économie australienne.

Une inflation de rêve

Ces dernières années, la Reserve Bank of Australia (RBA) n’a que trop souvent fait appel à cette solution. À travers plus de dix révisions, les taux d’intérêt sont ainsi passés de presque 5 % fin 2011 à moins de 1 % aujourd’hui. Actuellement, l’inflation australienne se situe juste en dessous de 2 %. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, donnerait n’importe quoi pour atteindre un tel niveau. Néanmoins, la barre visée en Australie se trouve un peu plus haut : entre 2 % et 3 %. Cependant, pour l’heure, la politique des taux de la RBA est davantage basée sur un marché du travail dynamique que sur l’impact négatif des incendies et du coronavirus.

Attendre l’inévitable

Reste à voir combien de temps la banque centrale australienne maintiendra ce cap. En effet, l’économie australienne risque d’être fortement touchée par le ralentissement de la croissance chinoise. Ainsi, le prix du minerai de fer, dont les exportations australiennes vers la Chine se chiffrent à environ 60 milliards de dollars par an, a baissé de 10 % depuis le début de l’année. Le nombre de touristes attendus dans les premiers mois de l’année est également bien inférieur à son niveau habituel. Si ces contretemps ne devraient pas mettre en péril les 28 années consécutives sans récession pour l’Australie, il n’en demeure pas moins quasiment inévitable que la RBA décidera malgré tout de baisser les taux d’intérêt en 2020 pour booster l’économie. Et il y a fort à parier que cette baisse fera réellement toucher le fond à l’aussie.

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanFirst. Il a plus de vingt ans d’expérience dans ce domaine. Cet article reflète son opinion et ne constitue pas un conseil d'investissement.

Simulateu-frais-cachés