Février 2021 - Annonces économiques mensuelles

2 février 2021

Banner-Blog-Annonce-eco-2

Prenez connaissance des dernières évolutions du marché des devises et anticipez les risques de fluctuation.
 
EUR/USD
Haut : 1,2350 / Bas : 1,2074 / Variation : -1,72 %

Phase de retrait pour l’EUR/USD, en variation mensuelle, alors que l’économie européenne fait face à de nouveaux confinements stricts afin d’enrayer les variants. Ceci devrait conduire à une nouvelle contraction de l’activité au niveau de la zone euro au premier trimestre de cette année.

Même si la BCE a réaffirmé lors de sa dernière réunion que sa prévision de croissance pour 2021 est toujours valide, à hauteur de +3,9 %, beaucoup d’analystes estiment désormais que ce chiffre est trop optimiste. Ajoutons à cela les incertitudes qui continuent de peser sur la capacité de l’Europe à vacciner rapidement sa population (en fonction des pays, du fait de pénurie et/ou de problèmes logistiques) et l'on a évidemment un cocktail parfait pour une baisse de la monnaie unique. Il paraît de plus en plus probable que le consensus a été bien trop optimiste à la fin de l'année 2020 sur les perspectives de rebond de l’activité en 2021.

À l’inverse, les États-Unis, même s’ils font face à une situation compliquée sur le terrain de la pandémie, devraient profiter du stimulus fiscal massif de 1900 milliards de dollars (USD). Celui-ci devrait être voté, dans les grandes lignes, au cours des prochaines semaines.

 
EUR/GBP
Haut : 0,9086 / Bas : 0,8824 / Variation : -2,25 %

Comme ce fut le cas à l’égard du dollar américain, l’euro a perdu sensiblement du terrain face à la livre sterling en variation mensuelle. Les déboires en matière de vaccination en Europe, alors que le Royaume-Uni apparaît comme un modèle en la matière, ainsi que la prise de nouvelles mesures de restrictions dans plusieurs pays d’Europe continentale expliquent en grande partie cette baisse de la monnaie unique.

Du côté de la politique monétaire, le marché des changes s’attend à ce que la prochaine réunion de la Banque d’Angleterre du 4 février aboutisse au maintien de la politique monétaire en l’état, à savoir un taux directeur inchangé à 0,10 % et la poursuite des programmes de rachat d'actifs (quantitative easing, QE), à hauteur de 875 milliards de livres sterling (GBP). Il y a quelques semaines, la possibilité de taux négatifs a encore été évoquée (notamment par un membre du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre, Silvana Tenreyro) mais cette option semble de nouveau écartée.

 
EUR/JPY
Haut : 127,50 Bas : 125,08 Variation : -0,11 %

La paire EUR/JPY a évolué dans une fourchette de presque 250 points en variation mensuelle. Le marché a continué de réagir aux annonces européennes sur le front de la pandémie et le risque d’une nouvelle récession en Europe explique la contre-performance de l’euro face au yen japonais. La politique monétaire n’a pas été un élément différenciant au cours des dernières semaines puisqu’elle est en mode pilotage automatique, à la fois au Japon et en zone euro. On notera toutefois la sortie remarquée du lobby bancaire japonais qui a milité pour que la Banque du Japon n’introduise pas des taux négatifs encore plus bas, ce qui pourrait nuire à la rentabilité de tout le secteur.

 
EUR/CHF
Haut : 1,0869 / Bas : 1,0738 / Variation : -0,24 %

Même s’il paraît évident que la Banque nationale Suisse préférerait un taux de change de l’EUR/CHF plus élevé, au-dessus de la zone des 1,10, l’évolution actuelle ne doit pas provoquer des sueurs froides à Berne. La paire reste dans la zone des 1,07-1,08, sans que la banque centrale ait à intervenir massivement sur le marché des changes. L’absence de risque géopolitique majeur, bien que la situation se dégrade au niveau de la pandémie en zone euro, est l’un des facteurs explicatifs de la stabilité de la paire. Lorsque l’Europe sera sortie de la pandémie, vers le troisième trimestre au plus tard, un rebond plus notable de la paire est prévisible.

 
EUR/CAD
Haut : 1,5681 / Bas : 1,5267 / Variation : -1,32 %

La forte baisse de la paire ces dernières semaines s’explique par la conjonction de la hausse continue du prix du baril de pétrole sur le mois de janvier (+8 % pour le Brent et le WTI en variation mensuelle), qui avantage généralement le dollar canadien, et des déboires liés à la pandémie et à la vaccination en Europe.

Du côté de la politique monétaire, on notera que la Banque du Canada a maintenu le taux directeur à un niveau inchangé (à 0,25 %) tandis que le programme de rachats d’actifs perdure, à un rythme de 4 milliards de dollars canadiens (CAD) par semaine. Même si l’activité devrait se contracter au Canada au premier trimestre, conduisant à une baisse des perspectives de croissance à 4 % cette année, la banque centrale considère qu’il n’est pas nécessaire de modifier sa stratégie. En cela, la Banque du Canada s’inscrit dans la droite ligne des autres banques centrales des pays développés qui sont en mode pilotage automatique, au moins jusqu’à mi-2021 selon nous.

 
EUR/AUD
Haut : 1,6031 / Bas : 1,5593 / Variation : -0,71 %

La surprise en ce début de mois de février vient d’Australie où la banque centrale a décidé une extension de son programme de rachats d’actifs, une fois que le programme actuel arrivera à expiration en avril prochain. Cette décision devrait soutenir les efforts engagés pour limiter la hausse du chômage, même si celle-ci est plus réduite qu’on aurait pu le craindre vu le contexte. D’après les analystes, le processus actuellement engagé de rachats d’actifs a de fortes chances de perdurer, potentiellement au moins jusqu’en 2024.

 
EUR/CNH
Haut : 7,9535 / Bas : 7,8184 / Variation : -1,05 %

La baisse généralisée de l’euro est aussi perceptible face au yen offshore (CNH) sur les dernières semaines. Il est évident que le différentiel à la fois au niveau de la gestion de la crise sanitaire mais aussi des perspectives de croissance avantage plus le CNH que l’euro. Alors que la zone euro est certainement entrée dans une nouvelle récession, l’économie chinoise continue de se rétablir avec une croissance qui a atteint 2,3 % l’an dernier et qui pourrait grimper jusqu’à 8 % cette année selon les prévisions les plus optimistes. Ce différentiel va évidemment rester un élément marquant pour appréhender le taux de change de l’EUR/CNH dans les mois à venir.

 
EUR/HUF
Haut : 365,29 / Bas : 356,46 / Variation : -2, 28 %

Au début de l’année 2020, l’EUR/HUF avait chuté sous 330 mais, avec l’arrivée de la pandémie, la valeur de la monnaie hongroise s’est affaissée face à l’euro, avec une paire qui a atteint les 370. En ce début d’année 2021, on observe une légère baisse de la monnaie unique, qui est quasi généralisée et s’explique essentiellement par les inquiétudes concernant la gestion de la pandémie en zone euro.

Du côté de la politique monétaire, c’est le statu quo qui prévaut tant du côté de la BCE que de la banque centrale hongroise. Il est probable que cette dernière maintienne son biais accommodant à moyen terme. Le taux directeur principal n’est pas amené à évoluer et si inflexion au niveau de la politique monétaire il devait y avoir, ce serait probablement au niveau du taux de dépôt.

En outre, il est probable que la banque centrale hongroise voit d’un œil plutôt positif le taux de change actuel de la paire EUR/HUF puisqu’une monnaie faible devrait apporter un soutien important à la stratégie du gouvernement hongrois de miser sur les exportations pour relancer l’économie.

 
Calendrier économique : 

DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
  03/02  USD

Rapport ADP sur l’emploi aux États-Unis pour le mois de janvier

04/02  GBP

Réunion de la banque d'Angleterre

05/02  USD

Rapport sur l’emploi américain pour janvier (aussi appelé NFP)

 12/02  CNH

Fête du Printemps en Chine

Mi-février USD

Vote par le Congrès du plan de relance de l’administration Biden (pour un montant total de 1 900 milliards de dollars)

 

 

    Simulateu-frais-cachés