Quelles sont les devises du G3 et pourquoi ont-elles une telle importance ?

23 septembre 2020

img_featured_Yen

Vous avez déjà entendu parler des devises du G3 mais ne savez pas à quoi elles correspondent ? Cinq minutes de lecture pour découvrir l’essentiel sur les trois devises les plus importantes du marché des changes : le dollar, l’euro et le yen.


Les devises du G3 (de l’anglais group of three), considérées comme les plus importantes au monde, sont les trois monnaies les plus échangées et les plus liquides sur le marché des changes. Il s’agit du dollar américain (USD), de l’euro (EUR) et du yen japonais (JPY).

Ces trois devises sont, selon le Fonds monétaire international (FMI), les principales monnaies de réserve, ou monnaies d’ancrage, des banques centrales à travers le monde. Enfin, pour des raisons différentes, le dollar et le yen sont tous deux des valeurs refuges.

Mais qu’est-ce qui rend ces trois devises spéciales ? Pourquoi leur accordons-nous une telle importance ?

 

Qu’est-ce qui fait la force des devises du G3 ?

Les pays ou zones monétaires ayant une devise particulièrement liquide partagent habituellement un certain nombre de caractéristiques :

  • Un poids économique important
  • Une croissance soutenue
  • Un système financier et bancaire robuste
  • Une stabilité politique certaine

Cependant, les États-Unis, la zone euro et le Japon ne présentent pas forcément tous ces attributs. Pour mieux comprendre la prépondérance de leurs monnaies, examinons de plus près le dollar, l’euro et le yen.

 
1. Le dollar américain (USD)

Le dollar américain est de loin la monnaie de réserve la plus importante au monde. D’ailleurs, la plupart des banques centrales détiennent des réserves en dollars.

Selon le FMI, plus de 60 % des réserves mondiales en devises étrangères sont libellées en dollars américains. 40 % de la dette mondiale est libellée en dollars également.

Mais en a-t-il toujours été ainsi ?

L’importance du dollar au 20e siècle

Entre les années 40 et les années 70, le dollar américain constituait l’étalon autour duquel le cours des principales devises mondiales fluctuait. Les Accords de Bretton Woods de 1944 ont réaffirmé la prépondérance du dollar comme devise de référence, du fait de sa convertibilité en or.

Conformément au régime de change fixe dérivant de ces accords, 44 pays ont établi un taux de change fixe autour du dollar, avec une certaine marge de fluctuation autorisée.

Cependant, les tumultes économiques des années 70 ont obligé les États-Unis à dévaluer leur monnaie et la convertibilité du dollar en or n’était plus justifiée. Le régime de taux de change flottant (ou flexible) s’est alors généralisé.

Qu’en est-il du dollar aujourd’hui ?

Le statut du dollar au 21e siècle

Aujourd’hui, les devises mondiales évoluent librement selon les mouvements du marché et ne sont plus reliées au dollar.

Cette devise demeure toutefois la plus importante, notamment en raison de la puissance de l’économie américaine sur le plan international et de la prédominance de ses marchés financiers.

Malgré un déficit budgétaire considérable et une dette extérieure importante, le monde financier et bancaire croit en la capacité des États-Unis à régler leurs créances. Ceci fait du dollar la devise la plus échangeable sur le marché des changes et une valeur refuge pour les acteurs de ce marché.

La banque centrale des États-Unis, la Federal Reserve (Fed), mène la politique monétaire du pays.

Le saviez-vous ? 
Le dollar est aussi la monnaie de référence du marché mondial des produits de base, en raison de sa stabilité comme instrument d’échange. Lorsque la valeur du dollar baisse, le coût des produits de base est plus élevé en dollars et moins élevé en devises étrangères. Les produits de base deviennent donc moins chers quand le dollar est faible et plus chers, quand le dollar est fort.
2. L'euro (EUR)

Introduite en 1999, la monnaie unique est entrée en circulation dans 12 pays européens à partir de 2002. Les pays ayant adopté l’euro font partie d’une zone monétaire communément appelée la zone euro.

L’euro est la deuxième devise la plus échangée sur le marché des changes après le dollar, mais son existence est très récente.

Brève histoire de l’euro

Une ambition de longue date de la Communauté économique européenne (CEE), l’union monétaire a enfin commencé à prendre de l’ampleur au sommet de Bruxelles en 1978. Le système monétaire européen (SME) et le mécanisme de taux de change (ERM) ont alors été mis en place. Ce dernier prévoyait des taux de change fixes, mais ajustables, appliqués à l’ensemble des devises nationales du bloc. Dès 1985, au lancement du programme du marché unique, le projet d’harmonisation s’est accéléré.

Après la signature du traité de Maastricht en 1992, le processus d’Union économique et monétaire (UEM) s’est enclenché :

  • 1991-1993 
    Autorisation progressive de la libre circulation des capitaux.
  • 1993-1998
    Convergence graduelle des politiques économiques des pays du bloc.
  • 1999-2002
    Mise en place de strictes règles budgétaires et élaboration d’une politique monétaire commune.

Depuis la mise en circulation de l’euro en 2002, la Banque centrale européenne (BCE) est responsable de son émission. Seule banque centrale au monde responsable de la politique monétaire de plusieurs pays, la BCE est une institution unique. Elle est garante de la valeur de l’euro comme devise et de la stabilité des prix en zone euro.

Mais l’euro, est-il une valeur refuge ?

L’euro 20 ans après

Selon le FMI, l’euro représente à peu près 20 % des réserves mondiales en devises étrangères.

Si la monnaie unique, contrairement au dollar américain, n’est pas encore considérée comme une valeur refuge, elle en présente de nombreuses caractéristiques :

  • La dette de l’ensemble des pays de la zone euro s’élevait à 78 % du PIB de la région en 2019, un chiffre plus faible qu’aux États-Unis ou au Japon.
  • La zone euro a tendance à maintenir un excédent de sa balance courante.
  • 33 % des paiements internationaux dans le monde impliquent l’euro.

Cependant, des conditions politiques parfois perçues comme instables font que l’euro n’est pas considéré comme une valeur refuge. En temps de crise, elles ne rassurent pas les acteurs du marché.

Les divergences politiques et les défaillances structurelles de certains membres de cette zone monétaire (notamment l’Italie, sa troisième économie en matière de PIB) font parfois craindre une dissolution.

Un rapprochement politique des pays membres pourrait consolider l’euro et l’élever au rang de valeur refuge, mais ceci est loin d’être acquis, car les modèles économiques présents à travers le bloc divergent considérablement.

Le saviez-vous ? 
Au sommet européen de La Haye en 1968, le projet d’union monétaire au sein de la CEE a déjà été abordé, mais ces discussions n’ont pas abouti. Les crises économiques des années 70, caractérisées par des dévaluations en série et la fin du régime de change fixe, ont rendu impossible le projet d’une monnaie commune.
3. Le yen japonais (JPY)

Le yen est la troisième devise la plus échangée sur le marché des devises. À l’instar du dollar, le yen est considéré une valeur refuge. Cela peut surprendre si l’on ne connaît pas le forex car le Japon fait face un certain nombre de difficultés économiques depuis les années 90.

Cependant, le Japon demeurait la troisième économie mondiale en matière de PIB en 2019 et l’archipel reste l’un des plus importants pays exportateurs.

Mais pourquoi sa monnaie bénéficie-t-elle d’un statut privilégié ?

Le yen, monnaie jeune en pays âgé

Si le Japon est connu pour sa population vieillissante, la devise du pays est relativement jeune, en circulation depuis 1871 seulement.

Avant cette période, le Japon ne disposait pas d’une monnaie unique pour l’ensemble du territoire. Impulsée par le gouvernement de l’empereur Meiji, la mise en circulation d’une devise nationale s’inscrivait dans un rapide processus d’industrialisation du pays au 19e siècle.

L’absence d’un système bancaire comparable à celui des pays occidentaux limitait la puissance économique du Japon sur le plan international. La Banque du Japon (BoJ) a donc été fondée en 1882 pour mener la politique monétaire du pays.

Mais pourquoi une telle importance pour le yen aujourd’hui ?

Le yen à l’époque moderne

Si le Japon bénéficie d’un poids économique considérable et d’une stabilité politique certaine, son économie ne s’est pas montrée spécialement dynamique depuis les années 90.

Depuis l’éclatement de la bulle immobilière et la crise financière qui en a résulté, le pays est marqué par :

  • Une faible croissance (dépassant rarement les 2 %).
  • Un problème de déflation récurrent.
  • Une dette publique très élevée (la plus importante au monde relatif au PIB).

Ceci ne semble pourtant pas inquiéter les acteurs du marché des changes et le yen retient son statut de valeur refuge.

La perception favorable dont le yen bénéficie est notamment due à deux facteurs de taille :

  • Les importants excédents commerciaux du Japon, pays spécialisé dans de nombreux exports de haute technicité, dont les voitures et les nouvelles technologies.
  • Le Japon est la troisième économie mondiale en matière de PIB, derrière les États-Unis et la Chine.

Preuve de sa force, la monnaie japonaise a tendance à voir sa valeur s’apprécier en période d’incertitude. Ce phénomène a notamment été constaté en 2010 lorsque la crise de la zone euro a provoqué une augmentation de 10 % de sa valeur face à l’euro. Par ailleurs, en juillet 2020, lorsque le dollar poursuivait sa baisse en raison d’inquiétudes concernant la gestion américaine de la crise de la covid-19, ainsi que les tensions persistantes entre Washington et Pékin, la valeur du yen est montée considérablement.

Le saviez-vous ? 
Le Japon est le pays développé affichant le taux de natalité le plus faible au monde, avec un taux de fécondité de 1,4 en 2019. Au rythme actuel, le pourcentage de la population ayant plus de 65 ans passera de 26 % aujourd’hui à 45 % en 2050. Le rétrécissement de l’assiette fiscale et l’explosion des coûts liés à l’aide sociale qui en résulteront pourraient s’avérer très graves pour l’économie japonaise.

 

L’importance d’une devise sur le marché des changes dépend de multiples facteurs allant de la puissance économique du pays ou zone monétaire concernés à leur stabilité politique. Les trois devises les plus importantes et les plus liquides sur le marché des changes sont le dollar américain (USD), le yen japonais (JPY) et l’euro (EUR).

L’économie américaine est la plus puissante au monde et le dollar, de loin la monnaie de réserve la plus importante à l’international, est considéré comme une valeur refuge. L’euro est la deuxième devise la plus échangée dans le monde et il totalise 20 % des réserves mondiales en devises. Malgré sa puissance économique certaine et un excédent régulier de sa balance courante, la zone euro est parfois affaiblie par des incertitudes politiques, et les défaillances de certains pays membres inquiètent en période de crise. Monnaie nationale de la troisième économie mondiale, le yen est conforté par les importants excédents commerciaux du Japon. Sa valeur a tendance à s’apprécier en période de crise, lui conférant le statut de valeur refuge lui aussi.

Si ces trois devises sont les plus importantes et les plus échangées sur le marché des changes, le monde du forex évolue constamment. Des monnaies autrefois ignorées, notamment en Asie, commencent à monter en puissance et à attirer le regard des acteurs du marché des devises. Pour mieux les cerner, lisez notre article dédié aux devises émergentes en Asie.

 

    Simulateu-frais-cachés