Le dollarydoo fait un tabac

5 mai 2020

Australian-flag

Le dollar australien remonte la pente

Ces dernières semaines, le dollar australien a fait un véritable carton sur le marché des devises. Les incendies sont éteints, l’épidémie de coronavirus touche peu le pays et la banque centrale a libéré les traders en devises de leurs doutes.

En règle générale, une baisse des taux directeurs constitue un excellent moyen pour diminuer la popularité d’une devise. En effet, lorsque le taux baisse, les organismes financiers comme les grands investisseurs se mettent en quête d’une cible plus rentable pour leurs investissements. Le dollar australien, en revanche, a rencontré l’effet inverse. Depuis que la Banque d’Australie a baissé le taux officiel à 0,25 %, le niveau le plus bas qu’il ait jamais atteint, la valeur de la devise a augmenté de près de 12 % par rapport au dollar américain. Et cette flambée ne semble pas près de s’arrêter.

Feux de forêt et coronavirus

Au cours des premiers mois de l’année, le dollar australien était pourtant encore en position de grande faiblesse. De vastes incendies de forêt menaçaient de donner un sérieux coup de frein à la croissance économique, tandis que l’épidémie de coronavirus en Chine, partenaire important de l’Australie, impactait indirectement le pays. Malgré tout, la banque centrale a longtemps résisté à la tentation de baisser les taux pour donner un coup de pouce à l’économie nationale. La perspective de voir le taux baisser encore davantage a incité de nombreuses parties à continuer de délaisser le dollar australien pour un temps. C’est pour cette raison que cette tribune mentionnait, il y a onze semaines déjà, qu’une baisse des taux par la Banque d’Australie pourrait signaler une renaissance pour le dollar australien.

Le grand retour du dollarydoo

« Dollarydoo » est l’un des surnoms donnés au dollar australien. Il y a cinq ans, 70 000 signatures ont même été récoltées dans le cadre d’une pétition visant à changer la dénomination officielle de la monnaie afin d’augmenter la popularité de cette dernière sur le marché des devises. Mais même sans bénéficier de ce changement de nom, le dollar australien remonte rapidement la pente depuis quelques semaines. Cette remontée est en partie due au fait que la Chine, dans sa reprise économique, dispose d’une longueur d’avance sur le reste du monde, ce qui est bénéfique pour les exportations australiennes. Et ce regain de valeur ne s’explique pas uniquement par la force du dollarydoo, mais également par la faiblesse d’autres devises. Ainsi, les mesures de relance économique à grande échelle mises en place de part et d’autre de l’Atlantique ont causé une baisse pour l’euro comme pour le dollar américain.

Le kiwi emboîte le pas

Le dollar australien n’est toutefois pas la seule devise ayant le vent en poupe grâce à ces développements. Ainsi, le dollar néo-zélandais – également appelé « kiwi » – a connu une croissance de presque 10 % par rapport au dollar américain au cours des dernières semaines. Il va sans dire que le fait que les deux pays soient largement épargnés par la pandémie de coronavirus joue beaucoup en faveur de leur devise. En Australie, la maladie a provoqué moins d’une centaine de décès à ce jour. En Nouvelle-Zélande, le chiffre n’atteint pas même 20 décès. Tant que les deux pays parviendront à mieux maîtriser le virus que le reste du monde et donc à limiter les perturbations économiques, le dollarydoo et le kiwi pourront maintenir leur progression.

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanFirst. Il a plus de vingt ans d’expérience dans ce domaine. Cet article reflète son opinion et ne constitue en aucun cas un conseil professionnel en matière d’investissement.

    Simulateu-frais-cachés