Turquie : une compétitivité en constante amélioration

31 mai 2018

Pour mesurer la compétitivité d’un pays, l’un des indicateurs les plus couramment utilisés, notamment pour faire des comparaisons internationales, est l’indice « Ease of doing business » de la Banque Mondiale. Dans sa dernière publication, la Turquie a connu une nette amélioration dans le classement en gagnant neuf points, se situant au soixantième rang sur 119 pays. Cette progression s’explique par des changements méthodologiques de l’indice mais également par une amélioration de l’environnement réglementaire turque, en facilitant en particulier la création d’une entreprise.


Des mesures pour accroître la production industrielle

En complément d’une amélioration du cadre légal et réglementaire, la Turquie s’est aussi engagée récemment dans une politique de soutien à l’investissement dans l’optique d’accroître la production industrielle et de concurrencer les autres marchés émergents, tels que le Mexique, l’Inde et l’Indonésie. Ce programme d’un montant total de 135 milliards de livres turques (à titre indicatif, au taux de change actuel, autour de 27 milliards d’euros) s’adresse à la fois aux entreprises nationales et étrangères mais concerne uniquement certains secteurs clés tournés vers les exportations: industries pétrochimiques, énergie, métallurgie, secteur manufacturier, secteur agricole. Concrètement, dans le cadre de ce dispositif, les entreprises peuvent bénéficier de diverses incitations fiscales (notamment pour les dépenses d’investissement) ou exonérations fiscales (exemption de taxe sur la valeur ajoutée, exonération de droits de douane etc…).

En outre, le pays attend beaucoup de la part de la Chine qui prévoit d’investir jusqu’à 900 milliards de dollars dans les prochaines années, essentiellement dans les infrastructures, dans le cadre de la « nouvelle route de la soie » qui doit relier la Chine continentale au marché européen en transitant par la Turquie.

 Télécharger notre eboob risque de change

 

Les principaux secteurs d'activité tournés vers les exportations

L’un des avantages de la Turquie est qu’elle possède une industrie exportatrice diversifiée regroupée autour de trois segments moteurs :

  • Le secteur automobile qui a pu capitaliser ces dernières années sur une demande soutenue de la part de l’Europe et une baisse de la livre turque afin de gagner des parts de marché à l’étranger. Le risque de change et le niveau élevé des taxes restent un défi mais, structurellement, ce secteur fait face à une bonne santé financière en partie garantie par des délais de paiement courts (jusqu’à 60 jours).

  • Le secteur du textile qui, au cours des années 90, a soutenu la croissance turque et qui est aujourd’hui incapable de faire face à l’émergence de nouveaux concurrents venant du Maghreb et de l’Asie. Ce secteur est sinistré, connait des surcapacités importantes et fait face pour se développer à un niveau d’endettement conséquent et à un accès faible à la liquidité.

  • Le secteur des machines et équipements reste très dépendant de la demande en provenance de Russie, d’Irak et d’Azerbaïdjan qui a faibli du fait des problèmes politiques et économiques de ces pays dernièrement. Au niveau interne, l’incertitude politique a conduit à une baisse de l’investissement productif tandis que des taux d’intérêt élevés et la faiblesse du secteur du textile ont impacté négativement cette industrie. Elle se caractérise par un niveau important de surcapacités qui ont conduit à des guerres de prix entre les principaux acteurs du secteur. Enfin, la dépendance aux prêts bancaires pour se financer, notamment en termes d’investissement productif, reste élevée. 
    blog-banniere-simulateur-v2