EUR/GBP : en marche vers les 0,92 cet été

13 juillet 2020

brexit-blog-2

L’EUR/GBP est dans le vert : +0,37% sur un mois, près de +3% de hausse sur trois mois et même un bond de quasiment +6% depuis le début de l’année. La hausse de l’euro s’explique davantage par les déboires de la livre sterling en lien avec les incertitudes à propos du Brexit plutôt que par un regain de confiance durable des investisseurs à l’égard de la zone euro. La monnaie britannique affiche la plus mauvaise performance des devises du G10 (qui regroupe les monnaies les plus échangées au monde et donc les plus liquides) à la fois sur le mois de juin, mais également sur le deuxième trimestre.

Les différentes mesures annoncées par le gouvernement britannique depuis le mois de mars, dont l’ampleur et la rapidité ont été saluées, n’ont pas changé la donne. Au total, ce sont pourtant près de 30 milliards de livres (soit environ 33 milliards d’euros) qui vont être dépensés pour soutenir l’économie britannique, via notamment une baisse de la TVA pour certains secteurs ou encore des aides à l’emploi en direction des jeunes. En outre, comme elle s’y était engagée, la Banque d’Angleterre rachète l’intégralité de la dette publique émise pour couvrir les dépenses engagées pour faire face à la crise, ce qui évite une hausse des coûts d’emprunt qui aurait pu déboucher sur une crise de la dette souveraine. Les opérateurs n’en ont cure, ils restent focalisés sur le coût économique à venir pour le Royaume-Uni du Brexit qui pourrait aggraver la crise existante.

Bien que le marché des changes ait déjà intégré en partie dans les prix les incertitudes ayant trait aux négociations commerciales entre Londres et Bruxelles, nous pensons que le potentiel baissier reste intact. Selon nous, la paire EUR/GBP pourrait atteindre le niveau des 0,92 d’ici la fin de l’été et donc renouer avec la zone de prix de mars 2020.

Quatre facteurs de risque principaux pourraient conduire à une baisse plus importante de la livre sterling dans les semaines et les mois à venir :
  • Les négociations entre l’UE et le Royaume-Uni – qui sont le principal moteur d’évolution de la livre sterling – risquent de connaître des hauts et surtout beaucoup de bas (comme on l’a vu récemment avec la question épineuse de la pêche), ce qui devrait renforcer le sentiment négatif des investisseurs à l’égard de la monnaie britannique. Cela étant dit, nous pensons toujours qu’il y aura un accord de dernière minute, mais qui devrait être conclu entre le mois d’octobre et la fin de l’année, juste avant que le Royaume-Uni ne soit contraint de sortir de l’UE.
  • En se basant sur le rapport COT de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), qui est très suivi, car il donne un aperçu du positionnement des traders sur les principales paires de devises, le marché est majoritairement short (autrement dit, vendeur) sur la livre sterling. Non pas uniquement face à l’euro, mais également face à toutes les autres monnaies du G10, à l’exception du dollar canadien.
  • Les opérateurs anticipent la mise en place de taux négatifs par la Banque d’Angleterre au début de l’année 2021, ce qui mécaniquement conduit à une baisse du taux de change de la monnaie du pays concerné, comme ce fut le cas pour l’euro lorsque la Banque Centrale Européenne s’était lancée dans ce type de politique monétaire non conventionnelle.
  • Une nouvelle chute des marchés boursiers, similaire au mouvement de mars, pourrait tout à fait survenir si la crise sanitaire continue de s’étendre, induisant un blocage économique dans certaines zones, on pensera notamment aux États-Unis. Cela pourrait inciter les opérateurs du marché des changes à se tourner vers les valeurs refuge au détriment des monnaies jugées à risque, comme la livre sterling. Rappelons que lorsque les marchés financiers avaient chuté en mars, la monnaie britannique avait dégringolé de près de 8% face à l’euro en l’espace de vingt jours, l’euro étant perçu comme une monnaie plus résiliente face à la crise que la devise de Sa Majesté.
Calendrier économique : 
DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
 14 juillet EUR

Indice ZEW du sentiment économique en Allemagne en juillet

 15 juillet CAD

Réunion de la Banque centrale du Canada

16 juillet EUR

Réunion et conférence de presse de la Banque centrale européenne

 

    Simulateu-frais-cachés