Comment identifier et réduire les risques liés à la supply chain ?

18 septembre 2020

Supply-chain

Gérer sa chaîne d’approvisionnement est parfois une tâche complexe. Identifier les risques de rupture ne suffit pas toujours à les éviter. Lisez nos conseils pour mieux comprendre les enjeux de la chaîne logistique.


La chaîne d’approvisionnement, ou la supply chain en anglais, est souvent définie comme toutes les étapes de l’existence d’un produit avant qu’il ne se retrouve en boutique ou entre les mains du client final.

De la production à la livraison, en passant par tous les intervenants et fournisseurs constituant les maillons de la chaîne, la supply chain est composée d’un complexe réseau d’acteurs interdépendants.

Une entreprise qui fait appel à de multiples interlocuteurs pour assurer ses opérations logistiques se doit de bien gérer sa supply chain. Plus elle sous-traite et collabore avec des acteurs externes plus cet exercice est délicat.

Pour assurer une gestion optimale des relations et des prestations impliquées, l’efficacité opérationnelle et la réactivité ne suffisent plus. Il faut élaborer une stratégie logistique qui prend en compte les divers risques d’approvisionnement susceptibles d’impacter votre entreprise.

Quels sont ces risques ? Comment s’en protéger ? Quelle stratégie adopter pour les réduire ?

 

Quels sont les risques liés à la supply chain ?

Afin de s’assurer de la qualité de leurs produits, les entreprises doivent avoir une vision d’ensemble de leur supply chain et en garder une maîtrise totale.

Dans un contexte globalisé où la concurrence internationale s’intensifie, il devient plus complexe de fidéliser sa clientèle et d’établir des relations durables avec ses fournisseurs. Une seule faille dans la chaîne d’approvisionnement peut s’avérer préjudiciable à la réputation d’une entreprise.

Les risques auxquels les entreprises font face sont à la fois internes et externes.

Les risques internes :

  • problèmes de gestion de projet.
  • difficultés liées aux ressources humaines ou physiques.
  • faiblesses en matière d’informatique.
  • erreurs de planification.

Il est plus facile de se montrer proactif face à ces risques, qui se rapportent directement à la gestion de l’entreprise.

Les risques externes :

  • problèmes de sourcing des fournisseurs.
  • mauvaise gestion des fournisseurs.
  • manque de traçabilité des paiements fournisseurs en devises.
  • délais de paiement.
  • délais de livraison.
  • carences en matière de contrôle de qualité.

Ces risques sont souvent plus compliqués à identifier et à combattre.

À chaque étape de la chaîne logistique, des dangers peuvent se présenter. Certains sont effectivement plus faciles à surveiller, d’autres demandent une attention particulière et une collaboration constante avec les parties prenantes externes.

 
Zoom sur certains risques internes et externes

Examinons de plus près quelques risques récurrents portant sur différents aspects de la supply chain, à savoir : la gestion projet, l’informatique et la cybersécurité, pour ce qui est des risques internes ; et la sous-capacité des acteurs externes, la performance des fournisseurs, les évolutions environnementales ou réglementaires, et le manque de traçabilité des paiements, pour ce qui est des risques externes.

1. Gestion de projet

Une mauvaise gestion de projet est l’un des principaux risques associés à la supply chain.

Souvent le résultat d’une mauvaise allocation de ressources humaines ou physiques, elle peut nuire à votre efficacité opérationnelle et mettre à mal vos relations avec vos fournisseurs.

Voici quelques bonnes pratiques pour se prémunir des risques liés à la gestion de projet.

Chaque chef de projet doit :

  • être bien formé pour mener à bien ses activités tout en prenant garde aux risques associés.
  • posséder une connaissance approfondie du projet et de ses enjeux.
  • réaliser une cartographie de la chaîne logistique afin de mieux connaître les rouages.
  • maîtriser parfaitement les relations avec les fournisseurs.
  • connaître les processus opérationnels des fournisseurs choisis.
  • évaluer l’impact potentiel d’éventuelles ruptures.

2. Informatique et cybersécurité

Les processus liés à la supply chain étant largement informatisés de nos jours, il faut veiller à ce que les systèmes informatiques mis en place répondent aux normes et soient suffisamment sécurisés.

Compte tenu de la valeur considérable des données relatives à la chaîne d’approvisionnement, il est primordial de les protéger.

Voici quelques bonnes pratiques pour se prémunir contre les risques cyber.

Il faut...

  • évaluer régulièrement la solidité des systèmes informatiques utilisés, afin d’identifier de possibles lacunes.
  • évaluer la vulnérabilité de tous les périphériques connectés, des pages web et du pare-feu de l’entreprise.
  • sensibiliser ses collaborateurs aux risques informatiques pour éviter toute fuite par inadvertance.

3. Sous-capacité des acteurs externes

La demande d’un produit ou service peut changer rapidement et de manière aléatoire. Dans certains secteurs, ces fluctuations peuvent être difficiles à prévoir.

Découvrir tardivement qu’un fournisseur clé n’est pas en mesure de répondre à vos besoins alors que vous faites face à un surcroît de demande peut être très dommageable.

Pour pallier cet écueil et limiter les dépendances, il est important de…

  • recourir au multisourcing, c’est-à-dire diversifier ses sources d’approvisionnement et canaux de distribution.
  • évaluer l’intérêt de stocks déportés pour garantir la pérennité de sa production, une option parfois coûteuse qui nécessite une gestion minutieuse.

4. Performance des fournisseurs

Une fois votre fournisseur sélectionné, trois éléments permettent d’évaluer sa performance : le coût, la qualité du produit ou service et le délai de livraison.

Pour s’assurer d’une qualité optimale de vos fournisseurs, il faut...

  • communiquer régulièrement sur la qualité des prestations fournies.
  • étudier continuellement la concurrence afin de mettre en perspective les prestations du fournisseur choisi.
  • soumettre la relation à une simulation de crise qui permet de tester les solutions proposées par le fournisseur, sa réactivité, sa situation financière et ses exigences en matière d’assurance et d’indemnisation.

5. Évolutions environnementales ou réglementaires

Certaines évolutions, indépendantes de la volonté des acteurs de la chaîne logistique, peuvent engendrer des perturbations.

Pour faire face à des changements environnementaux ou réglementaires, il est important de vous tenir informé. Ainsi, vous pourrez mieux prévoir d’éventuels risques associés.

Effectuer une veille est un bon moyen de ne pas être pris au dépourvu.

Pour cela, il faut...

  • suivre attentivement les sources d’informations portant sur la réglementation logistique dans tous les territoires où vos fournisseurs exercent.
  • suivre les évolutions géopolitiques dans des zones potentiellement plus volatiles en matière de réglementation.

6. Évolutions environnementales ou réglementaires

La question du paiement est un élément déterminant de la relation client-fournisseur. La solidité de cette relation dépend notamment de la régularité et de la rapidité des paiements.

Un manque de transparence ou de traçabilité, lié à votre prestataire ou solution de paiement, peut porter préjudice à cette relation.

Pour préserver la confiance de vos fournisseurs en matière de paiements, il faut...

  • respecter les conditions de paiement négociées.
  • communiquer régulièrement sur vos paiements effectués et vos besoins, tout en suggérant des moyens d’optimiser la rentabilité de vos échanges.
  • choisir un prestataire de service de paiement (PSP) qui offre plus de transparence, notamment par le biais d’une solution permettant aux deux parties de tracer les paiements en temps réel.

Ces risques ne sont pas exhaustifs, mais offrent néanmoins un aperçu des dangers auxquels s’exposent toutes les entreprises qui intègrent des acteurs externes à leur chaîne logistique.

 

Comment définir sa stratégie en matière de chaîne d’approvisionnement ?

Cette stratégie doit prendre en compte tous les éventuels dangers spécifiques à votre chaîne d’approvisionnement et votre domaine d’activité.

Mais comment procéder ?

Il faut impérativement identifier les faiblesses de vos fournisseurs, anticiper les interruptions de la chaîne logistique et élaborer un plan de continuité.

1. Identifier les faiblesses

Cela revient à évaluer la performance de vos fournisseurs. Anticiper les problèmes potentiels permet de mieux y répondre.

Vu la complexité des flux, il faut :

  • mettre en place des KPI précis pour vos fournisseurs afin d’assurer une qualité optimale au client final.
  • effectuer des exercices de simulation de crise pour mesurer la réactivité du fournisseur sélectionné.

2. Anticiper les interruptions

Les possibilités d’interruption inopinées de la chaîne logistique sont multiples. Pour les éviter, on peut notamment :

  • adopter une démarche d’assurance qualité contre le risque de rappel d’un produit défectueux.
  • recourir à la planification collaborative, assurant que toutes les parties prenantes soient tenues au courant des prévisions de ventes et de leurs évolutions.

3. Élaborer un plan de continuité

Même en anticipant tous les scénarios de perturbation possibles, la résilience de la supply chain peut toujours être mise à l’épreuve par une rupture imprévue.

  • Élaborer un plan de continuité en amont et le mettre à jour régulièrement est un moyen de rester préparé à cette éventualité.
  • Ce plan de continuité va au-delà de la simple planification collaborative et comprend de nombreuses solutions pour répondre à des scénarios de rupture préalablement déterminés.
  • Il nécessite la pleine collaboration de tous les acteurs de la chaîne, dont vos fournisseurs.

 

La chaîne d’approvisionnement est un écosystème complexe impliquant de multiples acteurs interdépendants. Le succès d’une entreprise dépend en grande partie de la bonne gestion de sa supply chain. Elle permet d’entretenir des relations positives avec ses parties prenantes et de garantir la pérennité de son activité.

Afin de limiter les risques associés à la chaîne d’approvisionnement, la proactivité et le suivi étroit des prestations de vos fournisseurs s’avèrent cruciaux. Recourir à la planification collaborative donne la possibilité d’anticiper d’éventuelles perturbations et d’en limiter les effets. Par ailleurs, élaborer un plan de continuité vous prépare à divers scénarios de rupture de la chaîne logistique.

Le paiement est également un aspect de votre supply chain à prendre en compte. Régler vos fournisseurs en temps et en heure permet de les fidéliser. Par ailleurs, des paiements rapides contribuent à réduire vos délais de livraison. En effet, la réception de vos fonds conditionne souvent la mise en production ou l’expédition de vos produits par vos fournisseurs.

 

    Simulateu-frais-cachés