iBanFirst, une fintech française

22 janvier 2020

FT120-image-900x350

Le saviez-vous ? iBanFirst, fintech française dédiée aux paiements internationaux, remplit les critères du French Tech 120, sauf celui d'être considérée comme une entreprise belge !

iBanFirst est une fintech française spécialisée dans les paiements internationaux. Elle aide les PME et ETI européennes à se développer à l’international grâce à une plateforme de transactions multidevises et des services financiers de qualité, auxquels ces entreprises n’avaient pas accès auparavant.

Un rattachement technique à la Belgique

Dès sa création à Paris en 2013, ses fondateurs ont souhaité s’attaquer au marché européen et pour cela obtenir un agrément en qualité prestataire de services de paiement (PSP), permettant d’exercer dans toute l’Union européenne. Ils ont décidé d’enregistrer la société à Bruxelles, par simplicité et pour bénéficier de l'ancrage européen de cette ville, et se sont adressés à la Banque Nationale de Belgique, qui régule iBanFirst depuis. De ce rattachement purement technique, qui nécessite un siège social à Bruxelles, résulte la perception erronée qu’iBanFirst est une entreprise belge.

Une fintech indéniablement française

iBanFirst est de toute évidence une entreprise française. Les observateurs belges ne parlent, d’ailleurs, pas d’elle comme d’une fintech belge. iBanFirst paie la grande majorité de ses impôts et taxes en France et dispose d’un établissement en France (SIRET 82088791700053). La majorité de ses effectifs[1] et de ses clients sont en France. 90 % de son comité de direction est basé en France. La quasi-totalité des parts d’iBanFirst est détenue par des personnes physiques et morales françaises (dont Xavier Niel et les fonds Serena Capital et Breega). Enfin, elle est très impliquée dans l’écosystème start-up français, notamment au sein de France Digitale et France Fintech. Cependant, iBanFirst souffre d’un déficit de visibilité en France qui pénalise son essor.

Une croissance saluée par les analystes

Avec plus de 3000 clients entreprises, iBanFirst connaît une très forte croissance et ambitionne de devenir une des fintechs françaises leaders en Europe. Elle a été distinguée par le cabinet Deloitte, à la 91e place de son classement des 500 entreprises technologiques européennes à plus forte croissance. Par ailleurs, le cabinet Forrester a cité iBanFirst comme l’un des deux leaders fintech, d’un marché estimé à plus de 120 milliards de dollars, au côté de la société anglaise Ebury, récemment valorisée près d’un milliard de dollars.

Intégrer le French Tech 120

À cette reconnaissance des analystes, ne manque pour soutenir son développement que l’accompagnement du programme French Tech 120, dont iBanFirst semble pourtant remplir tous les critères. Elle a levé 25 millions d’euros depuis sa création en 2013, présente une croissance à 3 chiffres d’année en année, que ce soit en revenus, en nombre de clients ou en effectifs[2].

Nous aurions aimé rejoindre le FT120 car un tel programme aurait une incidence considérable sur la capacité d’iBanFirst à recruter, se financer et se développer à l’international. Il lui permettrait de faire rayonner la France à l’étranger, participer au succès de son économie et surtout de poursuivre sa mission de démocratisation des services financiers pour les PME et ETI européennes.

Nous félicitons toutes les entreprises lauréates pour leurs parcours remarquables et espérons intégrer le club l'année prochaine !

[1] Direction, DRH, équipes commerciales, Marketing et Produit à Paris et R&D, Data labs à Dijon.

[2] 150 personnes à fin 2019.