Réal, peso, rouble, quelles devises émergentes vont-elles se rétablir au second semestre ?

20 juillet 2020

Post-mxn-rub-brl

Les pays émergents souffrent comparativement beaucoup de l’épidémie de Covid-19. Cela se traduit par des baisses importantes, notamment du rouble russe et du peso mexicain. Quelle monnaie va décoller au second semestre ?

La coronavirus fait impitoyablement la pluie et le beau temps dans les pays émergents. Après les États-Unis, le Brésil, l'Inde et la Russie, par exemple, sont les pays où l'on enregistre le plus grand nombre d'infections. Et au Mexique, le nombre de patients et le nombre de victimes du Covid-19 sont plus élevés que dans les points chauds européens tels que l'Espagne et l'Italie. La vulnérabilité de ces pays en développement est également évidente sur le marché des changes. Au cours du premier semestre, le réal brésilien, le peso mexicain et le rouble russe ont chuté de 13 % ou plus par rapport au dollar. N'est-ce pas l’heure du rétablissement après six mois de désastre ? Et quelles sont les monnaies qui ouvrent la voie ?

Le rouble comme candidat

À première vue, le rouble russe a une grande chance de devenir l’enfant prodigue du monde des devises dans les mois à venir. L'économie du pays dépend fortement des exportations de pétrole. Le prix du baril de Brent a plus que doublé depuis le 21 avril, passant de moins de 20 dollars à plus de 40 dollars. Cela donne un énorme coup de fouet à l'économie russe. De plus, l'OPEP prévoit une augmentation substantielle des prix en 2021. Cependant, une pièce cruciale du puzzle manque par rapport aux précédentes situations d'urgence concernant le rouble. Dans le passé, la Banque centrale russe a relevé le taux d'intérêt pour maintenir la monnaie à flot ; parfois jusqu'à 15 %. Mais, en juin, le taux d'intérêt a été ramené de 5,5 % à 4,5 % car l'inflation menace de tomber bien au-dessous de l'objectif officiel.

Le peso et le cours du pétrole

Le peso mexicain est une autre monnaie qui surfe sur la reprise du cours du pétrole. Pour l'orientation de la monnaie, cependant, l'économie américaine est le facteur décisif. Les États-Unis sont de loin le partenaire commercial le plus important. Si la reprise économique s'y ralentit, cela mettra un frein important à la hausse du peso. Parmi les monnaies mentionnées, le réal est en meilleure position. Avec la reprise de l'économie chinoise, les exportations de matières premières redémarrent. Il y a de fortes chances que la semaine prochaine, le Brésil enregistre un excédent de sa balance commerciale courante pour le quatrième mois consécutif. Il s'agit de la plus longue série depuis 2007.

Le réal est moins fragile

Le Brésil est dans une bien meilleure position qu'il y a quelques années. À l'époque, le réal était invariablement placé dans les rangs des cinq devises les plus fragiles : les devises les plus vulnérables du monde émergent. Le Brésil dispose désormais d'une meilleure balance commerciale et de réserves monétaires suffisantes pour donner un coup de fouet à la monnaie si nécessaire. Ajoutez à cela le fait que le réal a chuté bien plus que les autres monnaies et il y a de nombreux arguments pour supposer que la monnaie brésilienne sera à l'avant-garde de toute reprise. Les événements du premier semestre 2020 prouvent toutefois que même sur le marché des changes, les choses prennent parfois une tournure très inattendue.

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanFirst. Il a plus de vingt ans d’expérience dans ce domaine. Cet article reflète son opinion personnelle et ne constitue en aucun cas un conseil professionnel (en matière d’investissement).

    Simulateu-frais-cachés