L’euro en direction des 1,17 cet été

27 juillet 2020

Banner-Blog-Annonce-eco-3
Nouvelle semaine folle pour la monnaie unique européenne qui a fini dans le vert face à ses principales contreparties en variation hebdomadaire. Le gain le plus important est face au dollar américain, avec une appréciation de l’ordre de 1,58 %. Sur un mois, la hausse atteint même 3 %.

Cette forte progression de l'euro s’explique principalement par trois facteurs :

  • la faiblesse du billet vert liée à la réduction des écarts de rendement obligataire entre les deux bords de l’Atlantique et les difficultés de la gestion de la crise sanitaire aux États-Unis, qui hypothèquent toute perspective de rebond rapide de l’économie.
  • la signature de l’accord européen sur le plan de relance qui permet d’être optimiste sur les capacités de redressement de l’économie européenne. Ce sont ainsi 390 milliards d’euros qui vont être injectés sur une période de six ans, dont une grande partie entre 2022-2024, pour aider les pays les plus touchés par la crise, notamment dans le sud du continent.
  • Des facteurs techniques, en l’occurrence le fait que près de 2,3 milliards d’euros d’options sont arrivées à expiration sur les deux seules journées de mercredi et jeudi derniers, ce qui a soutenu le cours de la monnaie unique.
Une hausse plus durable de l’euro

Tout indique que la récente vigueur de l’euro n’est pas près de s’arrêter et que nous sommes face à un changement de paradigme sur le marché des changes. Le dollar américain, pénalisé par les déboires sanitaires des États-Unis, semble être entré dans un nouveau cycle baissier. Le dollar index, qui sert de baromètre, a ainsi chuté de 1,2 % sur la semaine écoulée et de près de 3 % depuis le début de l’année. En parallèle, le rallye haussier de l’euro risque de continuer. En effet, les facteurs de soutien précités vont perdurer et le positionnement du marché est toujours largement sous-pondéré sur l’euro, ce qui ouvre la porte à une hausse en direction des 1,17 voire des 1,18 à plus long terme. En se basant sur les données communiquées par la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), on observe du côté des investisseurs institutionnels un repositionnement long (acheteur) sur l’euro qui devrait entretenir le mouvement en cours.

 EUR/GBP

La hausse de l’euro n’est pas uniquement limitée au dollar américain. Face à la monnaie britannique, l’euro continue son ascension avec en ligne de mire la zone des 0,9200-9215 qui constitue la principale résistance sur la paire. Le marché des changes reste positionné à la vente sur la livre sterling, si on prend en compte l’évolution des positions spéculatives nettes des traders. L’échec des négociations entre Londres et Bruxelles valide notre scénario selon lequel la livre sterling devrait être pénalisée à court terme par l’incertitude entourant le processus de Brexit, avant qu’un accord de dernière minute ne soit signé en novembre-décembre prochains. Peu optimiste, le gouvernement britannique a d’ailleurs revu à la baisse ses ambitions et ne table désormais plus que sur un accord « basique » (qui laisserait donc en suspens de nombreux points), à condition que Bruxelles fasse preuve de plus de flexibilité.

Réunion de la Fed et négociations sur le plan de relance au Congrès

Cette semaine devrait voir la confirmation des tendances observées récemment sur le marché des devises. Le principal rendez-vous sera la réunion de la Banque Centrale des États-Unis ce mercredi qui, sauf surprise de dernière minute, aboutira à un statu quo de politique monétaire. Le compte-rendu de la dernière réunion avait montré que les membres de la banque centrale sont à l’aise avec les dispositifs de soutien à l’économie qui ont été mis en place et ne voient pas la nécessité de les amplifier. Étant donné la bonne tenue des marchés financiers, la Fed va rester en pilotage automatique pour au moins quelques mois. Toujours du côté américain, il faudra surveiller les discussions entre la Maison Blanche et le Congrès américain sur un nouveau plan de relance alors que plusieurs mesures de soutien aux ménages doivent arriver à expiration à la fin du mois. Vu l’expansion du virus aux États-Unis et la fermeture une nouvelle fois de pans entiers de l’économie, il est urgent que le levier budgétaire soit actionné une énième fois afin d’éviter une longue récession.

Calendrier économique : 
DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
 27 juillet EUR

Indice du climat des affaires IFO en Allemagne

 28 juillet USD

Confiance des consommateurs du Conference Board en juillet

29 juillet USD

Réunion de politique monétaire de la Fed

30 juillet EUR

PIB allemand au deuxième trimestre

30 juillet USD

PIB américain au deuxième trimestre

 

Sujets: Devises Economie EUR

    Simulateu-frais-cachés