D'une logique de produit à celle d'une plateforme : la révolution des paiements transfrontaliers des PME et ETI.

14 nov. 2018 20:15:00

PAD-Letter-Blog Header

iBanFirst avait levé 10 millions d’euros il y a deux ans… Nous venons de boucler notre série B ; elle s’élève à 15 millions d’euros. Une belle preuve de crédibilité et de solidité, qui vient confirmer de beaux indicateurs de croissance.

  • iBanFirst compte désormais 2 500 clients.
  • Ceux-ci ont réalisé 40 000 transactions sur notre interface en 2018 (contre 13 000 en 2016).
  • Au total, 100 000 transactions ont ainsi été enregistrées depuis la création d’iBanFirst.
  • Plus de 2 milliards d’euros ont transité sur l’interface en 2018 (contre 450 millions en 2016).
  • Au total, depuis 2013 : près de 5 milliards d’euros de volume transité.

Que de chemin parcouru depuis la création de notre fintech il y a cinq ans !

Et nous voulons aller plus loin.

Cette levée de fonds est pour nous l’occasion de repenser notre offre, de réfléchir à ce que nous sommes aujourd’hui, à ce que nous voulons être demain – à l’heure de la révolution de notre modèle bancaire.

________________________

Aujourd’hui : une logique de produit…

 

Mais revenons un peu en arrière. Quelle est, aujourd’hui, l’offre iBanFirst ?

Nous avons construit notre notoriété sur des solutions de paiements et transferts en devises étrangères, proposées aux entreprises présentes à l’international. Notre produit est à la fois :

  • rapide (avec des virements immédiats et gratuits entre comptes iBanFirst, un tracking extrêmement précis) ;
  • transparent (nos clients connaissent le taux de change et le taux interbancaire dont ils bénéficient en temps réel)  ;
  • ultra compétitif (0 % de commission sur le change et le mouvement, aucun frais cachés) ;
  • pratique et sûr (iBanFirst est le seul service 100 % en ligne à proposer des IBANs personnalisés) ;
  • maniable, avec une ergonomie intuitive conçue pour fluidifier l’expérience utilisateur ;
  • et bien sûr, international : nos utilisateurs peuvent payer et être payés en 25 devises. D’autres s’y ajouteront bientôt.

Nos clients – Bensimon, Guard Industrie, Mobile Club, parmi d’autres – sont satisfaits de notre travail, et pour cause : nous leur permettons d’économiser jusqu’à 70 % des frais liés à leurs paiements internationaux.

Nous avons bâti cette offre en tirant pleinement parti des possibilités ouvertes par les directives européennes sur les services de paiement, DSP 1 et 2. En levant le monopole des banques sur ce type de services, en les obligeant à ouvrir leurs données clients, en autorisant d’autres entreprises à créer des plateformes de paiement, elles ont porté un coup formidable au secteur bancaire rigide que l’on connaît aujourd’hui.

Ces directives, qui dépoussièrent, ubérisent un système qui date du milieu du 19e siècle, ont ainsi été le sésame du déploiement des fintechs. De plus en plus de clients se tourneront à l’avenir vers ces services qui sont à la fois moins chers et plus faciles à utiliser : une seule interface pour consulter les comptes de ses différentes banques, pour réaliser l’ensemble de ses opérations, dans une logique de plateforme… Au point que les banques traditionnelles risquent de voir leur rôle réduit à celui de simple coffre-fort ; une onde de choc dont l’impact commence seulement à se faire sentir.

________________________

… demain, une logique de plateforme

 

L’avenir d’iBanFirst s’inscrira très clairement dans cette nouvelle dynamique. Nous sommes, aujourd’hui, dans une logique de produits… Nous voulons épouser pleinement cette logique de plateforme.

L’idée est que nos clients puissent à terme passer par l’interface iBanFirst pour réaliser toutes leurs opérations bancaires : consultation de leurs comptes, change, placement de leur trésorerie, financement des créances au moment où les taux sont avantageux… À la clé pour les entreprises, des gains de temps et d’argent considérables.

Cette stratégie se traduira par quatre axes de développement :

  1. Nous voulons nous appuyer sur le succès des produits existants pour étoffer notre offre, orienter nos clients vers de nouveaux services, sur notre plateforme.
  2. Nous pourrons, grâce à cet éventail de solutions plus complet, acquérir de nouveaux clients – comme nous l’avons toujours fait jusqu’ici.
  3. Nous tirerons tout le parti de la data à notre disposition pour mieux connaître nos utilisateurs, leurs attentes, et ainsi optimiser la relation client, améliorer en permanence la qualité de notre service.
  4. Forts de ces atouts, nous continuerons à conquérir de nouveaux marchés, à faire valoir notre offre à l’échelle mondiale. Il faudra pour cela étendre nos solutions à de nouvelles régions : nous avons déjà lancé des expérimentations en France, Belgique et divers pays d'Europe de l'Est, et nous préparons notre entrée en Allemagne et en Italie.

Le potentiel de développement d’iBanFirst est d’autant plus important que les directives européennes sur les services de paiement sont pionnières à l’échelle mondiale. Nous continuerons à en explorer tout le potentiel – jusqu’à faire d’iBanFirst LA plateforme des entreprises présentes à l’international.

essayer la version démo

________________________

La nouvelle levée de fonds

C’est dans ce contexte que s’inscrit cette seconde levée de fonds, auprès de notre investisseur historique Xavier Niel, mais aussi des fonds de capital risque Serena (lead sur cette opération) et Breega. Ces fonds nous permettront d’évoluer vers cette nouvelle logique de plateforme, tout en continuant d’investir massivement dans la recherche et développement pour rester toujours à la pointe.

________________________

De bonnes raisons de nous faire confiance

Agréés par la Banque Nationale de Belgique, nous sommes membres SWIFT et homologués SEPA.

iBanFirst est également devenu le premier agrégateur de services financiers en obtenant les agréments AISP[1] et PISP[2], qui autorisent notamment les établissements à agréger des comptes bancaires externes.

Notre expertise nous a permis de nous faire remarquer :

  • iBanFirst a remporté le prix « emerging star » du classement #FinTech100 publié par KPMG et H2.
  • Nous avons également été élus « FinTech scale-up » de l’année 2018 en Belgique.
  • iBanFirst a enfin été reconnu par le classement Deloitte des 50 entreprises tech à plus forte croissance, « Technology Fast 50 ».

________________________

Un travail d’équipe

Une structure bancaire ne se crée pas du jour au lendemain… Rien n’aurait été possible sans nos clients, nos investisseurs, sans tous ceux qui nous font confiance.

Rien n’aurait été possible, non plus, sans nos équipes – des équipes qui marient avec habilité le financier, le technologique et le réglementaire, qui partagent une même vision de la révolution bancaire en cours ; des équipes qui travaillent avec acharnement parce qu’elles y croient. iBanFirst employait 15 personnes il y a deux ans, nous sommes 90 aujourd’hui… Autant de talents qui contribuent, chacun à leur manière, au beau succès que l’on partage aujourd’hui.

À tous : merci, bravo… et continuons sur notre lancée.

Nous n’en sommes qu’au tout début.

Pierre-Antoine Dusoulier
CEO et fondateur d’iBanFirst

[1] Agrément DSP2 pour l’information sur les comptes.
[2] Agrément DSP2 pour l’initiation de paiements.