Juillet 2020 - Annonces économiques mensuelles

1 juillet 2020

Banner-Blog-Annonce-eco-3

Prenez connaissance des dernières évolutions du marché des devises et anticipez les risques de fluctuation.
EUR/USD
Haut : 1,1420 / Bas : 1,1152 / Variation : +3,78 %

L’euro a connu une très forte progression en juin face au dollar américain, en lien avec une baisse de l’aversion au risque sur le marché des changes et une amélioration de la situation sur le front sanitaire en Europe qui contraste grandement avec l’expansion de la pandémie de l’autre côté de l’Atlantique. Les deux banques centrales, la Fed et la BCE, sont sur mode pilotage automatique et ont réaffirmé à maintes reprises leur engagement à continuer de fournir de la liquidité aux marchés pendant les mois à venir. Nous n’attendons rien de la réunion de la Fed prévue le 29 juillet prochain. Le spectre d’un retour de l’aversion au risque plane toutefois sur le marché. Selon Bloomberg, la Maison Blanche pourrait être tentée de réactiver la guerre commerciale, non pas avec la Chine, mais avec l’Europe. L’administration Trump étudierait la possibilité de mettre en place des tarifs douaniers prohibitifs sur près de 3,1 milliards de dollars d’exportations de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne et du Royaume-Uni. Le retour de la guerre commerciale est certainement inévitable étant donné la situation de l’économie américaine : dollar index trop élevé, économie qui peine à sortir de la crise et risques déflationnistes qui se précisent. Un retour à la baisse de l’euro dans ce cadre-là est fortement probable.

EUR/GBP
Haut : 0,9077 / Bas : 0,8915 / Variation : +1,08 %

Un regain de visibilité à propos de la feuille de route du Brexit a profité à la monnaie unique en juin, avec une progression de +1,08 % en variation mensuelle. Comme prévu, le gouvernement britannique n’a pas demandé de délai supplémentaire pour la période de transition. Concrètement, cela signifie que Bruxelles et Londres ont six mois pour trouver et signer un accord avant la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Nous sommes sceptiques sur leur capacité à surmonter ce défi. Nous considérons toutefois que l’euro ne devrait pas pâtir des éventuelles difficultés liées aux négociations. Les opérateurs de marché ont parfaitement intégré que ce sera le Royaume-Uni et par corollaire sa monnaie qui seront les plus affectés par le Brexit.

EUR/JPY
Haut : 124,08 / Bas : 119,94 / Variation : +2,50 %

Le baromètre principal d’évolution du taux de change de l’EUR/JPY est l’aversion au risque. Celle-ci s’étant substantiellement réduite au cours du mois de juin, il n’est pas surprenant que l’euro ait repris du terrain (+2,50 % en variation mensuelle). Plusieurs facteurs ont favorisé l’euro : le déconfinement qui a eu lieu un peu partout dans le monde et a permis un semblant de reprise de l’activité économique, même si nous sommes encore loin des niveaux d’avant-crise ; le maintien d’une liquidité banque centrale, via les interventions massives de la Fed, de la BCE et de la Banque du Japon, qui permet de rassurer les investisseurs ; et enfin une relative accalmie sur le front de la géopolitique. Les tensions entre la Chine et les États-Unis se sont réduites ces dernières semaines et les quelques soubresauts entre la Chine et l’Inde n’ont vraisemblablement pas perturbé l’évolution du marché des changes.

EUR/CHF
Haut : 1,0914 / Bas : 1,0673 / Variation : +0.90 %

La paire EUR/CHF a connu une volatilité forte au cours du mois de juin avec un bond au-dessus de la zone située à 1,09 qui reflétait notamment un ajustement de position de la part des opérateurs de marché. La Banque nationale suisse (BNS) n’a pas modifié dernièrement sa politique monétaire, laissant son taux directeur inchangé en raison des incertitudes pesant sur la dynamique de croissance dans la Confédération. En revanche, le message est clair : le franc suisse continue d’être surévalué par rapport à l’euro et la banque centrale se tient prête à intervenir de nouveau massivement sur les changes si le seuil stratégique situé à 1,05 sur la paire venait à être mis en péril. Les interventions directes sur le marché des changes restent, à ce jour, l’outil de politique monétaire favori de la BNS. Comme l’été peut parfois être propice à un retour important de la volatilité sur les monnaies dans un contexte de volumes échangés faibles, on ne peut pas exclure que les interventions de la BNS se renforcent dans les semaines à venir. Le seuil à 1,05 reste pour le moment une barrière infranchissable à la baisse.

EUR/CAD
Haut : 1,5444 / Bas : 1,5132 / Variation : +0,65 %

La paire EUR/CAD a finalement assez peu évolué sur un mois, fluctuant dans une fourchette d’évolution d’environ 300 points. Des deux côtés de l’Atlantique, les banques centrales sont en mode pilotage automatique. En outre, la forte hausse du prix du baril de pétrole en juin n’a pas vraiment apporté un réel soutien au dollar canadien. Il semble que les opérateurs de marché aient déjà intégré qu’une grande partie de la hausse à venir sur le pétrole cette année est déjà derrière nous. En effet, les perspectives de rétablissement du marché pétrolier sont très moroses en 2020, du fait d’une demande qui devrait être faible, en lien avec les difficultés économiques. Aucun élément différenciant à court terme ne permet d’envisager une sortie du canal compris entre 1,5130 et 1,5450 dans lequel la paire évolue depuis le début du mois d’avril.

Calendrier économique : 
DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
 1 juillet USD 

Créations d’emplois non agricoles ADP pour le mois de juin

 2 juillet USD  Rapport sur l’emploi américain en juin
 6 juillet USD

Indice PMI non manufacturier pour le mois de juin

 14 juillet  EUR  Indice ZEW allemand du sentiment économique en juillet
17-18 juillet EUR

Réunion du Conseil européen en physique à Bruxelles pour évoquer le plan de relance coordonné et le budget pluriannuel

29 juillet USD

Réunion de la banque centrale américaine

 

    Simulateu-frais-cachés