Blog iBanFirst

Explorez l’essentiel de l’actualité du marché des changes, les dernières tendances et innovations en matière de paiements ainsi que nos recommandations pour une gestion optimisée de vos flux en devises.

Janvier 2022 - Annonces économiques mensuelles

3 janv. 2022

Banner-Blog-Annonce-eco-1-2022

Prenez connaissance des dernières évolutions du marché des devises et anticipez les risques de fluctuation.
 
EUR/USD
Haut : 1,1369 Bas : 1,1235 Variation : -0,03 %

La paire phare du marché des changes a évolué dans un range très étroit en décembre, de l’ordre de seulement 130 pips. C’est peu. D’habitude, il y a plus de volatilité sur cette paire en fin d’année. Le différentiel de politique monétaire entre la Banque Centrale Européenne et la Réserve Fédérale américaine ne semble pas avantager le dollar, à court terme. Mais cela pourrait changer rapidement. La grande question qui va se poser dans les semaines et les mois à venir va être de savoir si la Banque Centrale Européenne va continuer de soutenir que les pressions inflationnistes sont temporaires, alors que tout indique qu’elles sont durables. Certains membres du Conseil des gouverneurs (en particulier le néerlandais Klaas Knot) ont laissé entendre la semaine dernière que l’institut monétaire pourrait mettre un terme plus tôt que prévu à son programme de rachats d’actifs contre la pandémie (aussi appelé QE) si l’inflation continue de surprendre à la hausse. Il faudra également être attentif aux conséquences économiques de la propagation du variant Omicron. C’est une donnée que prendra en compte la Banque Centrale Européenne pour ajuster, si nécessaire, sa politique monétaire. 

 
EUR/GBP
Haut : 0,8600 Bas : 0,8330 Variation : -1,60 %

En décembre, la volatilité était au-rendez-vous sur l’EUR/GBP avec une bande de fluctuations de l’ordre de 270 pips. La paire a fini l’année proche de ses points bas de 2021. Le marché monétaire anticipe que la Banque d’Angleterre va devoir augmenter de nouveau son taux directeur en 2022 pour endiguer les pressions inflationnistes. En décembre, elle avait porté son taux à 0,25 % contre 0,10 % précédemment. L’inflation a rebondi à 5,1 % en novembre. Le chiffre pour le mois de décembre n’est pas encore communiqué mais il devrait être désastreux. Les prix de l’énergie ont atteint des niveaux records. La banque centrale s’attend à ce que l’inflation continue de croître jusqu’à un pic à 6 % en avril prochain. Dans le même temps, l’activité économique a connu un coup d’arrêt brutal en décembre du fait du variant Omicron, d’après des données préliminaires. La Banque d’Angleterre est confrontée à une situation compliquée. Mais dans un premier temps, il est probable qu’elle privilégie la lutte contre l’inflation (ce qui est normalement sa priorité) au détriment du soutien à l’activité économique. Elle devrait néanmoins durcir avec prudence sa politique monétaire en 2022.

 
EUR/JPY
Haut : 130,58 Bas : 127,37 Variation : +1,68 %

Le marché des changes ne s’inquiète pas outre-mesure du variant Omicron pour le moment. C’est ce qui explique le regain de l’euro face au yen japonais qui sert traditionnellement de valeur refuge en période d’incertitude. Du côté de la politique monétaire, il n’y a rien de nouveau. La Banque Centrale Européenne ne se réunira qu’en février. La Banque du Japon maintient une politique monétaire accommodante dans un contexte d’inflation basse. L’indice des prix à la consommation dans l’archipel a augmenté de seulement 0,1 % sur un an en octobre. Rien à avoir avec ce qui se passe en zone euro ou aux Etats-Unis. Lors de sa conférence de presse de décembre, le gouverneur Haruhiko Kuroda a été limpide : « Je ne pense pas que la Banque du Japon va prochainement normaliser sa politique monétaire ».

 
EUR/CHF
Haut : 1,0451 Bas : 1,0326 Variation : -0,78 %

Pendant une grande partie du mois de décembre, l’EUR/CHF a évolué en dent de scie. Mais les pressions vendeuses se sont accentuées fin décembre, dans un marché sans volumes. Lors de sa dernière prise de parole, le gouverneur de la Banque Nationale Suisse, Thomas Jordan avait indiqué que la monnaie suisse est à « un niveau élevé », évoquant la possibilité d’une intervention sur le marché des changes « au besoin ». Pour l’instant, nous n’avons aucun élément confirmant que la banque centrale est en train d’intervenir sur le FX. Mais c’est une question de temps avant que cela n’arrive. Depuis mi-2021, la paire a perdu près de 5,6 %. Le franc suisse est désormais à un niveau qui pénalise lourdement l’industrie exportatrice suisse. Nous ne serions pas surpris si la banque centrale décide de racheter massivement des euros sur le marché en janvier pour tenter d’enrayer l’appréciation du CHF.

 
EUR/CAD
Haut : 1,4647 Bas : 1,4210 Variation : -0,07 %

En variation mensuelle, la paire EUR/CAD termine stable. Mais la tendance de fond à la hausse du dollar canadien devrait continuer en 2022. En 2021, le CAD a gagné près de 7 % face à la monnaie unique. Deux catalyseurs principaux expliquent la progression du CAD : la forte augmentation des prix de l’énergie ces derniers mois et le différentiel de politique monétaire entre la zone euro et le Canada. Alors que la BCE maintient une politique monétaire accommodante, le Canada a déjà commencé son cycle de normalisation. En octobre dernier, la Banque du Canada avait mis fin à son programme exceptionnel de rachats d’actifs pour contrer la pandémie (aussi appelé QE). Maintenant, le marché monétaire anticipe une prochaine hausse des taux. Selon les investisseurs, il y a 50 % de chance que la première hausse des taux ait lieu lors de la réunion de fin janvier. 100 % d’entre eux estiment qu’il y aura une hausse des taux en mars prochain. Le durcissement monétaire enclenché par la Banque du Canada pourrait être plus rapide que celui de la Réserve Fédérale américaine, ce qui aura aussi des implications pour la paire USD/CAD. En outre, les experts du secteur des matières premières sont unanimes sur le fait que les prix de l’énergie vont rester durablement élevés, en particulier pour le pétrole. C’est en grande partie le résultat d’un manque d’investissement dans les années qui ont précédé la pandémie. Ce sera également un élément de soutien majeur pour le CAD à moyen terme.

 
EUR/AUD
Haut : 1,6180 Bas : 1,5611 Variation : -2,02 %

Comme pour beaucoup d’autres paires de devises, c’est le différentiel de politique monétaire qui explique en grande partie l’évolution du taux de change. D’un côté, la Banque de réserve d’Australie devrait prochainement mettre un coup d’arrêt à sa politique de rachats d’actifs (QE). Ce sera probablement le cas dès le mois de février prochain, à en juger par le compte-rendu de la dernière réunion du 7 décembre. De l’autre, la Banque Centrale Européenne reste comparativement accommodante, avec le maintien d’une dose de QE au-delà de 2022. On parle de QE infinity, en anglais. A court terme, ce différentiel va continuer d’avoir un impact sur le taux de change. A plus long terme, on sait très bien que cela a moins d’effet. L’autre facteur de soutien dans les mois à venir pour l’AUD pourrait être la hausse continue du prix des matières premières, en particulier du fait du regain attendu de la demande chinoise.

 
EUR/CNH
Haut : 7,2385 Bas : 7,1583 Variation : +0,09 %

En décembre, la paire EUR/CNH a évolué en dent de scie. Plusieurs éléments semblent indiquer que les autorités chinoises souhaitent une inversion de la tendance sur la paire en 2022 par rapport à 2021. Au cours de l’année dernière, l’euro a eu tendance à se déprécier face au CNH. Les objectifs économiques de Pékin sont différents pour 2022. La priorité est de soutenir l’activité économique et le plus simple pour le faire, c’est de stimuler le secteur des exportations. Pour y parvenir, il faut notamment une monnaie faible. Nous anticipons que l’EUR/CNH pourrait substantiellement s’apprécier dans les semaines et les mois à venir. En outre, les autorités ont pris plusieurs mesures récemment pour soutenir la croissance, notamment en demandant aux banques de prêter de nouveau aux acteurs du secteur de l’immobilier. Tout cela va dans le sens d’un afflux de liquidité dans l’économie chinoise en 2022 alors que la politique monétaire et budgétaire était plutôt considérée comme restrictive en 2021.

 
EUR/HUF
Haut : 371,85 Bas : 361,01 Variation : +1,38 %

La paire EUR/HUF est restée quasiment dans les mêmes bornes en décembre qu’en novembre. Le renforcement de l’euro s’est poursuivi, mais dans des proportions limitées (+1,38 %). La banque centrale hongroise continue sa politique de durcissement monétaire. Elle est de nouveau intervenue le 15 décembre, en augmentation son principal taux directeur à 2,40 % afin de lutter contre l’inflation qui est à un point haut depuis treize ans. Les perspectives sont médiocres pour 2022. L’inflation est attendue par la banque centrale entre 4,7 % et 5,1 %. Les prix de l’essence et du tabac devraient diminuer. Mais ceux des produits industriels et des services devraient augmenter sensiblement. Le taux de croissance des prix alimentaires pourrait même doubler ! Cela signifie que d’autres hausses de taux sont à venir. La banque centrale hongroise n’aura certainement pas d’autre choix que d’être plus agressive afin de préserver le pouvoir d’achat des Hongrois à quelques mois des élections législatives du printemps. 

 

 
Calendrier économique : 

 

DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
04/01 AUD Réunion de la banque centrale
04/01 EUR Le processus électoral pour désigner un nouveau président pour l’Italie commence. Le vote des parlementaires ne devrait avoir lieu que vers la troisième semaine de janvier.
05/01 USD Enquête sur l’emploi privé non agricole en décembre aux Etats-Unis
07/01 USD Rapport sur l’emploi américain en décembre du Département du Travail
07/01 EUR Indice des prix à la consommation en décembre en zone euro
12/01 USD Indice des prix à la consommation en décembre aux Etats-Unis
13/01 USD Indice des prix à la production en décembre aux Etats-Unis
18/01 JPY Réunion de la banque centrale
25/01 HUF Réunion de la banque centrale
26/01 USD Réunion de la banque centrale
26/01 CAD Réunion de la banque centrale
31/01
CNH Nouvel an chinois
 

Les plus consultés