Blog iBanFirst

Explorez l’essentiel de l’actualité du marché des changes, les dernières tendances et innovations en matière de paiements ainsi que nos recommandations pour une gestion optimisée de vos flux en devises.

Décembre 2021 - Annonces économiques mensuelles

30 nov. 2021

Banner-Blog-Annonce-eco-12

Prenez connaissance des dernières évolutions du marché des devises et anticipez les risques de fluctuation.
 
EUR/USD
Haut : 1,1618 Bas : 1,1189 Variation : -2,88 %

La paire EUR/USD évolue dans un canal baissier depuis la fin du mois de mai (ce qui correspond à la réouverture économique en Europe). Le test récent de la zone de support de juin 2020 à 1,1190-86 a déclenché un rebond. C’est ce qui explique pourquoi la paire affiche une variation hebdomadaire positive (+0,27 %). Mais ce rebond a de fortes chances d’être de courte durée. L’horizon économique s’assombrit en zone euro. L’Autriche pourrait entrer en récession. L’Allemagne fait face à un ralentissement abrupt de l’activité. Les pénuries et la hausse des prix de l’énergie continuent d’inquiéter. À cela, il faut aussi ajouter la volonté de la Banque Centrale Européenne de maintenir sa politique monétaire inchangée dans la durée, ce qui pénalise à la marge le taux de change de l’euro. Pour que le rebond soit durable et qu’on puisse parler de renversement de tendance, il faudrait que la paire EUR/USD franchisse la résistance à 1,1375. Nous n’y sommes pas encore.

 
EUR/GBP
Haut : 0,8596 Bas : 0,8376 Variation : +0,27 %

En novembre, la paire EUR/GBP a évolué dans un grand range de 200 points. La volatilité était au rendez-vous. Lors de sa réunion de novembre, la Banque d’Angleterre (BoE) a surpris le marché des changes en maintenant sa politique monétaire inchangée alors qu’elle avait laissé entendre qu’elle serait prête à augmenter son principal taux directeur. Les inquiétudes liées au variant Omicron ont aussi entrainé un peu plus de volatilité que prévu. Fin novembre, le chef économiste de la Banque d’Angleterre, Huw Pill, a laissé entendre qu’il voterait en faveur d’une hausse des taux lors de la réunion de l’institution prévue le 16 décembre prochain. Rien ne garantit à ce stade qu’une majorité de membres du Comité de politique monétaire fasse de même. Il conviendra d’être prudent le 16 décembre car la volatilité pourrait être très élevée sur les paires en GBP. La seule certitude que nous avons à ce stade, c’est que la banque centrale anglaise envisage d’augmenter le taux directeur d’au moins 0,5% au cours de l’année prochaine pour faire baisser l’inflation.

 
EUR/JPY
Haut : 132,93 Bas : 127,49 Variation : -3,01 %

C’est un parfait cocktail baissier pour l’euro. Les risques liés au nouveau variant Omicron, les perturbations des chaînes de production, et l’inflation galopante font craindre des conséquences économiques majeures pour la zone euro au quatrième trimestre. Cela pénalise directement le cours de la monnaie unique. Les opérateurs du marché des changes se ruent sur les valeurs refuge, en premier lieu le yen japonais. Il faudra attendre plusieurs semaines avant de savoir si le variant Omicron est plus dangereux que le variant dominant Delta. Durant ce laps de temps, la poursuite de la dépréciation de l’euro est possible. Du côté de la politique monétaire, rien de nouveau. La Banque du Japon a réaffirmé en novembre son objectif d’atteindre un indice des prix à la consommation à 2%. Cette cible est très ambitieuse, selon nous.

 
EUR/CHF
Haut : 1,0605 Bas : 1,0418 Variation : -2,16 %

Belle pente descente pour l’EUR/CHF en novembre. La paire retrouve ses niveaux de 2015 du fait de l’accroissement de l’aversion au risque sur le marché des changes. Les facteurs d’inquiétude sont nombreux : nouveau variant Omicron, inflation en forte hausse dans de nombreux pays, maintien des pénuries et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Tous ces facteurs représentent des chocs négatifs sur la croissance dans la zone euro. Cela constitue un déclencheur typique de mouvements de l’euro vers le franc suisse, qui sert de valeur refuge. Avec un taux de change autour de 1,05, on pourrait s’attendre à ce que la Banque Nationale Suisse (BNS) intensifie ses interventions sur les changes pour limiter l’appréciation de la monnaie helvétique. Mais rien ne permet de l’affirmer pour le moment si on se base sur les chiffres officiels. Ce n’est toutefois qu’une question de temps avant que la BNS n’intervienne massivement sur le Forex.

 
EUR/CAD
Haut : 1,4501 Bas : 1,4170 Variation : +0,32 %

La paire EUR/CAD a fortement rebondi fin novembre. Mais il s’agit d’un mouvement technique selon nous. Nous pensons toujours que la tendance sur la paire est baissière à moyen terme. Afin de contrer l’inflation, la Banque du Canada a clairement laissé entendre qu’une hausse des taux devrait survenir dans les mois à venir. Le marché anticipe que la première hausse du loyer de l’argent surviendra au début du printemps 2022. C’est le premier facteur qui devrait soutenir le CAD face à l’euro. En outre, la monnaie canadienne peut compter sur la hausse continue du prix des matières premières (du fait en particulier d’un sous-investissement chronique dans les infrastructures pétrolières avant la pandémie) pour continuer de croître. C’est le second facteur de soutien à moyen terme.

 
EUR/AUD
Haut : 1,5920 Bas : 1,5357 Variation : +2,20 %

La paire a connu un fort rebond fin novembre. Mais il est encore trop tôt pour savoir si le mouvement est durable. Pour l’instant, les principaux indicateurs techniques soulignent qu’il s’agit d’un mouvement de surachat. Par conséquent, il faut s’attendre à des prises de bénéfice à court terme. A plus long terme, le dollar australien devrait logiquement profiter du processus de normalisation monétaire entamé par la Banque de Réserve Australienne. Cette dernière a abandonné lors de sa réunion de politique monétaire de novembre le dispositif de contrôle de la courbe des taux. Ce dispositif permet à la banque centrale d’intervenir sur le marché de la dette afin d’éviter que le coût d’emprunt de l’Etat n’augmente trop. En outre, le consensus de marché anticipe désormais une première hausse des taux en 2023, contre 2024 précédemment. A l’inverse, la Banque Centrale Européenne ne bouge pas d’un iota et maintient sa politique monétaire inchangée malgré les fortes pressions inflationnistes. Le différentiel de politique monétaire va exercer une influence sur la trajectoire de la paire EUR/AUD.

 
EUR/CNH
Haut : 7,4321 Bas : 7,1569 Variation : -2,78 %

Le gouvernement chinois souhaite une monnaie forte pour limiter l’impact économique de la hausse des produits énergétiques importés. C’est ce qui explique la baisse de l’euro face au CNH en variation mensuelle. Mais du fait de l’accroissement des risques de stagflation (croissance en baisse et inflation élevée), nous ne serions pas surpris que les autorités tolèrent un taux de change de l’EUR/CNH plus élevé l’an prochain. En outre, des mesures de soutien à l’économie sont sur la table. Plusieurs options sont possibles : une baisse du taux de réserve obligatoire des banques et/ou une baisse des taux d’intérêt (ce qui serait une première depuis début 2020).

 
EUR/HUF
Haut : 371,98 Bas : 358,42 Variation : +1,37 %

Sur la période mai à septembre, l’EUR/HUF a évolué dans une borne étroite comprise entre 350 et 355. Depuis, la paire s’est renforcée et a atteint un point haut mensuel à 371,98. La baisse de la monnaie hongroise s’explique par le repli des opérateurs du marché des changes vers les monnaies jugées plus solides (euro et dollar américain, par exemple) en période d’incertitude. Nous continuons de croire que les autorités hongroises souhaitent un forint fort, notamment pour limiter l’impact économique de la hausse des produits énergétiques importés. La banque centrale devra donc agir agressivement lors de sa réunion du 14 décembre prochain afin de convaincre le marché de sa volonté d’agir pour lutter contre les pressions inflationnistes. À cette occasion, elle mettra aussi à jour ses prévisions de croissance et d’inflation pour 2021 et 2022. À court terme, la paire EUR/HUF fait face à une résistance forte située à 373,15.

USD/HUF
Haut : 330,92 Bas : 307,84 Variation : +4,36 %

Sur la période mai à septembre, l’EUR/HUF a évolué dans une borne étroite comprise entre 350 et 355. Depuis, la paire s’est renforcée et a atteint un point haut mensuel à 371,98. La baisse de la monnaie hongroise s’explique par le repli des opérateurs du marché des changes vers les monnaies jugées plus solides (euro et dollar américain, par exemple) en période d’incertitude. Nous continuons de croire que les autorités hongroises souhaitent un forint fort, notamment pour limiter l’impact économique de la hausse des produits énergétiques importés. La banque centrale devra donc agir agressivement lors de sa réunion du 14 décembre prochain afin de convaincre le marché de sa volonté d’agir pour lutter contre les pressions inflationnistes. À cette occasion, elle mettra aussi à jour ses prévisions de croissance et d’inflation pour 2021 et 2022. À court terme, la paire EUR/HUF fait face à une résistance forte située à 373,15.

 
Calendrier économique : 

DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
03/12  USD

Rapport sur l’emploi américain pour le mois de novembre

07/12  AUD

Réunion de la banque centrale 

07/12 EUR

Indice ZEW du sentiment économique pour l'Allemagne en décembre

 08/12  CAD

Réunion de la banque centrale

10/12 USD

Indice des prix à la consommation en novembre

14/12 HUF

Réunion de la banque centrale

14/12 USD

Indice des prix à la production en octobre

15/12 USD

Réunion de la banque centrale et mise à jour des prévisions économiques

16/12 CHF

Réunion de la banque centrale

16/12 GBP

Réunion de la banque centrale

16/12 EUR

Réunion de la banque centrale

17/12 EUR

Indice IFO allemand en décembre et indice des prix à la consommation en novembre

 

 

Les plus consultés