Blog iBanFirst

Explorez l’essentiel de l’actualité du marché des changes, les dernières tendances et innovations en matière de paiements ainsi que nos recommandations pour une gestion optimisée de vos flux en devises.

Avril 2021 - Annonces économiques mensuelles

1 avr. 2021

Banner-Blog-Annonce-eco-4

Prenez connaissance des dernières évolutions du marché des devises et anticipez les risques de fluctuation.
 
EUR/USD
Haut : 1,2096 / Bas : 1,1730 / Variation : -2,59 %

L’euro est en chute libre face au dollar américain. Selon toute vraisemblance, le mouvement de repli n’est pas encore terminé et pourrait conduire la paire euro/dollar (EUR/USD) à rallier la zone des 1,16. Pour une fois, ce n’est pas la politique monétaire qui est un élément différenciant. Des deux côtés de l’Atlantique, cette dernière est plutôt en mode pilotage automatique et devrait rester ainsi pendant encore plusieurs mois au moins.

En revanche, le rebond économique plus rapide et plus important aux États-Unis, résultat d’une campagne de vaccination efficace et d’une relance budgétaire massive, conduit à ce que les capitaux étrangers soient massivement recyclés sur le marché américain.

Cela aboutit à une appréciation du dollar. À l’inverse, les perspectives restant maussades à court terme pour la zone euro, les investisseurs étrangers ont plutôt tendance à retirer leurs avoirs, ce qui est négatif pour le taux de change de la monnaie unique.

 
EUR/GBP
Haut : 0,8651 / Bas : 0,8533 / Variation : -1,37 %

La tendance à la baisse de l’euro face à la monnaie britannique a été une nouvelle fois confirmée en mars. Un Brexit bien ordonné et surtout une bonne gestion de la vaccination outre-Manche (qui permet une ouverture plus rapide de l’économie britannique) sont les facteurs majeurs qui contribuent à la hausse de la livre sterling. Tout porte à croire qu’à court terme la monnaie britannique devrait continuer de surperformer l’euro.

En effet, si on se base sur le rythme de vaccination actuel au Royaume-Uni, près de 75 % de la population devrait avoir reçu une première dose du vaccin d’ici mi-juin, un objectif que la zone euro ne devrait atteindre que bien des mois plus tard. Ce décalage va se payer en points de croissance. Pour le marché des changes, cela va se traduire par une baisse plus accentuée de la paire euro/livre sterling (EUR/GBP) dans les mois à venir.

Notons qu’aucun changement au niveau de la politique monétaire ne devrait influer sur la paire à court terme. Lors de sa réunion du mois de mars, la Banque d’Angleterre a confirmé maintenir son taux directeur inchangé à 0,1 % et son programme de rachat d’actifs perdure, d’un montant total de 895 milliards de livres.

 
EUR/JPY
Haut : 130,47 / Bas : 128,28 / Variation : +0,58 %

La paire euro/yen japonais (EUR/JPY) a fluctué de manière importante tout au long du mois de mars, évoluant au gré des annonces budgétaires américaines et des nouvelles portant sur la progression de la pandémie en Europe. Du côté des banques centrales, la Banque du Japon a publié il y a quelques semaines les conclusions de sa revue stratégique.

Voici les principales décisions : la banque centrale va continuer d’intervenir massivement sur le marché des actions, mais elle va permettre une plus grande flexibilité des rendements obligataires à dix ans. En outre, elle a prévu de soutenir davantage le secteur bancaire qui reste pénalisé par une politique de taux d’intérêt négatifs depuis plusieurs années.

Fondamentalement, ces mesures ont peu de chances d’influer réellement sur la trajectoire du yen japonais. La devise reste surtout influencée par l’évolution de l’appétit/aversion au risque, qui reste le baromètre clé pour appréhender l’EUR/JPY.

 
EUR/CHF
Haut : 1,1152 / Bas : 1,1003 / Variation : +0,30 %

Tout au long du mois de mars, la paire euro/franc suisse (EUR/CHF) a évolué en dent de scie dans une borne très étroite, de l’ordre de 150 pips seulement. La Banque nationale suisse (BNS) a maintenu, sans surprise, sa politique monétaire inchangée avec un taux directeur à -0,75 %.

En outre, elle a confirmé que les interventions directes sur les changes, afin de contenir l’appréciation du franc suisse, perdureront à moyen terme. Dans ces conditions, notre objectif de fin d’année pour l’EUR/CHF à 1,15 reste d’actualité.

Le rebond économique mondial attendu au deuxième semestre — qui devrait favoriser un retour plus important de l’appétit au risque sur le marché des changes — ainsi que les rachats d’euros par la BNS devraient aboutir à une hausse plus importante de la paire EUR/CHF dans les mois à venir.

 
EUR/CAD
Haut : 1,5285 / Bas : 1,4800 / Variation : -2,98 %

Le dollar canadien (CAD) a été soutenu par deux facteurs principaux au cours du mois de mars. Premièrement, la hausse du cours des matières premières énergétiques se poursuit (avec une forte accélération au cours de la dernière semaine).

Deuxièmement, la Banque du Canada est la seule banque centrale des pays développés à envisager une réduction imminente des mesures de soutien à l’économie, ce qui constitue un facteur de hausse de la monnaie locale. Le sous-gouverneur de la banque centrale a indiqué que l’institution va suspendre ou interrompre certains programmes destinés à fournir de la liquidité aux marchés financiers, à partir de début avril jusqu’en mai prochain.

La banque centrale considère que l’économie se porte suffisamment bien, ce qui entraînera sûrement un retrait progressif de certaines mesures d’urgence. En revanche, le taux directeur, actuellement à 0,25 %, devrait rester à ce niveau au moins jusqu’à fin 2022.

 
EUR/AUD
Haut : 1,5609 / Bas : 1,5269 / Variation : -0,79 %

Forte volatilité pour la paire euro/dollar australien (EUR/AUD) en mars, dans une borne de près de 350 pips. La baisse de l’euro s’explique principalement par la dégradation des perspectives économiques de la zone euro à court terme, en lien avec la hausse des contaminations de Covid-19 sur le vieux continent.

Du côté des banques centrales, la banque de réserve d’Australie a maintenu en mars sa politique monétaire inchangée avec un taux directeur qui reste ancré à un point bas historique, à 0,1 %. Les membres de la banque centrale ont confirmé que le taux resterait à ce niveau tant que l’inflation sera sous la cible située entre 2 % et 3 %.

Concrètement, il est probable qu’une hausse de taux ne survienne qu’en 2024 au mieux. Comme c’est le cas dans de nombreux pays développés, la banque centrale australienne adopte une posture de pilotage automatique.

 
EUR/CNH
Haut : 7,8285 / Bas : 7,7018 / Variation : -1,22 %

Le différentiel criant de perspectives économiques entre la zone euro et la Chine à court terme continue d’être un des moteurs de la baisse de la monnaie unique. En mars, la paire euro/yuan (EUR/CNH) a perdu près de 1,22 % en variation mensuelle.

Étant donné les incertitudes pesant sur la dynamique économique dans l’union et les restrictions qui vont sûrement se renforcer pour faire face à la troisième vague de la pandémie, il paraît évident que le mouvement de baisse de l’euro a de fortes chances de se poursuivre dans les mois à venir.

 
EUR/HUF
Haut : 369,20 / Bas : 361,56 / Variation : -0,09 %

La paire euro/forint (EUR/HUF) est presque revenue à son point de départ de début mars. En variation mensuelle, la paire affiche une quasi-stabilité. La réunion de la banque centrale hongroise n’a pas surpris les opérateurs du marché des changes.

Elle a abouti à un statu quo de politique monétaire, même si l’inflation devrait augmenter temporairement au deuxième trimestre (en raison de l’effet de base sur les matières premières énergétiques, entre autres). Après avoir fait face, de manière un peu confuse, à la progression de la pandémie, le gouvernement hongrois a mis en place une campagne de vaccination relativement efficace.

Cette dernière a connu une accélération notable au cours des dernières semaines, à tel point que le pays fait figure de meilleur élève de l’UE. Du point de vue du marché des devises, nous nous attendons à une stabilisation continue de la paire dans l’immédiat. Si la monnaie hongroise venait à trop s’affaiblir face à l’euro et que l’inflation atteignait un niveau difficilement tolérable, la banque centrale pourrait décider d’augmenter ses taux à court terme. Ceci dit, nous n’en sommes pas encore là.

 
Calendrier économique : 

DATE DEVISE ÉVÉNEMENT
  05/04  USD

ISM non manufacturier

06/04  AUD

Réunion de la banque centrale

07/04  HUF

Publication du compte rendu de la dernière réunion de la banque centrale

 09-11/04  - - -

Réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI

13/03 EUR

Indice ZEW du sentiment économique en Allemagne

16/04 CNH

Estimation du PIB chinois au premier trimestre

16/04 EUR

Réunion de l'Eurogroupe

21/04 CAD

Réunion de la banque centrale

22/04 EUR

Réunion de la banque centrale

27/04 JPY

Réunion de la banque centrale

27/04 HUF

Réunion de la banque centrale

28/04 USD

Réunion de la banque centrale

30/04 EUR

Fitch met à jour sa notation de la dette souveraine de l'Allemagne

 

 

 

Les plus consultés